Débits mobiles : à la quête du 42 Mbit/s

Les débits mobiles sont un critère important pour les opérateurs. Les différentes technologies et normes en France sont déployées et commercialisées de différentes manières selon les opérateurs. Pour tenter d’y voir plus clair, nous avons fait le point sur les dénominations H+ ou encore Dual Carrier, souvent différentes d’un opérateur à l’autre pour désigner des concepts similaires.

Mais une fois que vous connaissez la différence entre le H+, le HSDPA et le Dual Carrier, vous n’êtes pour autant pas tout à fait sorti d’affaire. Parce qu’au-delà des promesses faites par votre opérateur lorsque vous souscrivez à votre forfait, il faut aussi que vous soyez en mesure de les exploiter.

Pour faire simple, exploiter une technologie data n’est possible qu’en remplissant trois conditions précises :

- Être couvert par le réseau

- Avoir un téléphone compatible avec ce réseau

-Avoir un forfait compatible avec ce genre de réseaux


Être couvert par le réseau


3G, HSDPA+, Dual Carrier ... toutes ces technologies sont bien belles sur le papier, mais encore faut-il être en mesure de les recevoir. Les opérateurs mettent à disposition des cartes permettant de connaître la compatibilité de sa position avec leurs réseaux. Mais attention, ils parlent de couverture de population et non du territoire. Une nuance qui a son importance.


D’ici la fin de l’année, SFR promet 60% de couverture en Dual Carrier (uniquement débit 42 Mbit/s), là où Orange parle de 60% pour le H+, soit de 21 à 42 Mbit/s. Bouygues quant à lui indique 50% de la population actuellement couverte pour le Dual Carrier.


Avoir un smartphone compatible avec ce réseau


Avant de pouvoir prétendre à un certain débit mobile, encore faut-il que votre smartphone soit compatible. Certains opérateurs ont la bonne idée d'indiquer les capacités des téléphones qu’ils vendent. C’est le cas chez SFR par exemple qui affiche sur la fiche produit le maximum supporté par l’appareil.


Un iPhone 4 est compatible avec un débit jusqu’à 7,2 Mbits, là où le 4S supporte 14,4 Mbit/s et le 5 jusqu’à 42 Mbit/s. À l'occasion d'une polémique créée par Univers Freebox, Matthieu Horn de Jobe Mobile avait répondu sur Twitter avec une photo résumant bien la situation : il ne faut pas seulement s’appuyer sur un débit maximum offert par un réseau, mais également sur le maximum supporté par le téléphone.


Disposer du forfait adapté


Vous êtes couvert par le réseau Dual Carrier (42 Mbit/s) et êtes équipé d’un iPhone 5 ou d’un HTC One XL compatible ? Ne soyez pas sûr pour autant d’être en mesure d’atteindre les débits attendus.

La dernière étape est d’avoir un forfait compatible. Et sur ce point précis, une disparité existe entre les opérateurs historiques et les low cost. Chez SFR, Orange ou Bouygues, il est possible d’avoir un forfait compatible jusqu’à 42 Mbit/s. Bien sûr, tous les abonnements ne sont pas concernés et il est important de faire attention à ce point. En règle générale, les offres spécifiques aux smartphones sont compatibles.

Du côté de B&You et Sosh, chacun a récemment ouvert son réseau au H+ (qui regroupe le 3G+ jusqu’à 21 Mbit/s jusqu’au Dual Carrier, 42 Mbit/s). RED est par contre limité à 14,4 Mbit/s, tout comme Free Mobile.


L’exception du Dual Carrier


Dans le cas des téléphones Dual Carrier, une petite nuance existe. Même sans le forfait adapté, un smartphone compatible peut constater une différence sensible dans les débits.

Petit rappel sur le fonctionnement du Dual Carrier. Le terminal compatible est équipé d’une double antenne, qui va donc envoyer et recevoir deux signaux en parallèle. Lorsque le forfait adéquat est activé, il est possible, dans la théorie (nos tests ont démontré qu’on en était néanmoins très loin) de recevoir jusqu’à deux signaux 21 Mbit/s, pour un total de 42 Mbit/s.

Sauf que même sans le forfait adapté, les deux antennes permettent d’optimiser la réception. Dans une zone où la réception est faible, le téléphone va capter deux fois plus de signaux, pour un débit donc jusqu’à deux fois supérieures.


Il est donc crucial de faire attention à ces trois points pour espérer tirer le maximum de son téléphone. Les opérateurs tentent malgré tout de vulgariser au maximum ces différentes informations, mais il reste encore beaucoup de travail. Et bien sûr, tout ceci sera également de mise lorsque la 4G commencera à être commercialisée. Heureusement, la différence entre la 3G et la 4G est plus évidente pour le grand public, que ne l'a été celle entre la 3G, la 3G+ et le H+.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
6 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Edmond Garbo
    C'est bien beau tout ça mais à 16 km de Nancy, à Maron exactement, on est toujours en..Edge..
    Les 3 opérateurs sont installés sur l'antenne de la Régie de télédistribution depuis le passage du tour de France en 2005 et ils n'ont pas amélioré leur débit depuis cette installation réalisée en deux mois..Comme quoi quand on veut..
  • tbclotis
    une fois de plus vous squeezez Free , vous n'en parlez pas , vous rester fidèles à votre ligne éditoriale ?...
  • tbclotis
    excusez-moi : "vous restez"