Après PRISM, NUCLEON écoute le téléphone

L’affaire PRISM n’en finit pas d’éclabousser l’administration américaine. Ainsi, selon le Washington Post, PRISM ne serait pas le seul programme de surveillance aux États-Unis, puisqu’il serait suppléé par un autre système nommé NUCLEON, et dédié à l’interception des appels téléphoniques.


Notre confrère américain indique donc que la NSA aurait interprété la loi américaine de manière à permettre à des analystes de prendre la décision arbitraire d’intercepter des appels téléphoniques. Contrairement à PRISM, cette surveillance ne ferait l’objet d’aucun contrôle particulier, et pourrait également concerner les SMS et les mails et les discussions tenues sur des messageries instantanées.


Interrogée au sujet de NUCLEON, la NSA a catégoriquement refusé de dévoiler le nombre d’appels ou de communications qui ont pu être interceptés via ce système, ni les critères qui pourraient conduire à une écoute. Elle martèle cependant le même message, et répète que la protection des données est sujette à des contrôles rigoureux de la part du Congrès et des tribunaux.


Cette semaine, une lettre ouverte a été publiée par plusieurs associations de défense des libertés dans différents pays, et fait écho à la pétition lancée par Mozilla contre PRISM. Cette lettre considère entre autres que « La mise en place de mécanismes de surveillance (...) menace gravement les droits humains à l’ère du numérique », et demande à l’administration Obama et au Congrès « de prendre des mesures immédiates pour démanteler les systèmes existants de surveillance mondiale par l’Internet et les télécommunications et empêcher leur création à l’avenir. »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Yves Trlt-1491282
    A propos de PRISM, ne pas oublier qu'il n'y a aucune "fatalité technique" et encore moins légale à la goinfrerie actuelle d'information personnelles, vrais noms plus ou moins imposés, etc.

    Par contre besoin d'un nouveau rôle, notion de compte, possibilité de déménager, aucun besoin d'ID unique par utilisateur partagé entre les services.

    Peut-être temps de s'en rendre compte au sujet IDeNum par exemple, non ?
    http://wp.me/p1q74G-5v
    (dossier repris par F Pellerin actuellement)
    0