Panasonic refuse le netbook

Panasonic ne se lance pas dans la course aux ultraportables low-cost. C’est ce que vient d’annoncer Toshi Harada, porte-parole de Panasonic.

Pas assez professionnel

Cette décision a été prise en référence au milieu professionnel ciblé par la marque japonaise. En effet, Panasonic déclare que les UMPC ne sont suffisamment performants pour satisfaire les besoins de leurs clients professionnels. Une excuse qui fleure bon l’incertitude camouflée. Bien que les netbooks ne soient pas des foudres de guerre, ils s’avèrent suffisants pour de la bureautique classique telle que du traitement de texte, du tableur ou encore de la retouche photo. Ultraportables, ils peuvent également être d’utiles compagnons pour les professionnels en déplacement.

Le renard et les raisins

Notons par ailleurs que les clients de la marque nipponne ont réclamé un netbook qu’ils se voient aujourd’hui refuser. Si Panasonic n’a pas de réels arguments, c’est peut-être parce que ce n’est pas lui qui n’a pas voulu du marché, mais que le secteur des netbooks l’a bel et bien rejeté à la manière de la fable du « Renard et les raisins » de la Fontaine. Cela commençait à se faire sentir cet été, il n’y a plus de place aujourd’hui pour un nouveau netbook. La fièvre technologique initiée par Asus et son Eee PC pourrait donc avoir atteint son apogée. Deux clans se perçoivent : les marques qui se démarquent comme Asus et MSI et les autres qui copient comme Medion et qui ne percent pas. En définitive, il faut arriver sur ce marché avec une idée novatrice. À première vue, Panasonic n’en a pas.