Quel avenir entre les éditeurs vidéo et la VOD ?

Internet aura changé bien des habitudes chez certaines personnes. La VOD aura notamment contribué à une nouvelle vision du cinéma à la maison et de la location et l’achat de films. Aujourd’hui, les éditeurs de vidéo s’inquiètent du devenir de leurs productions avec la démocratisation de la VOD. Et les négociations qui en découlent avec les fournisseurs de services s’en trouvent d’autant plus compliquée...

Pas de réglementation pour la VOD

Aujourd’hui, les films font l’objet de moult exclusivités entre leur sortie au cinéma, puis en DVD (6 mois après), puis en « pay-per-view » (ancêtre de la VOD telle qu’on la connaît), sur les chaînes à contenu payant et enfin sur les chaînes gratuites, dernier maillon de la chaîne. Les exploitants de la VOD doivent donc insérer leur créneau au milieu de tout ce petit monde, et refusent de passer après tous les autres. Pour les fournisseurs d’accès, la VOD devrait se situer dans la même fenêtre que le DVD, c’est à dire être disponible six mois après la sortie en salles. Mais le syndicat de l’édition vidéo ne voit pas les choses de cet oeil, rappelant « l’importance de la fenêtre d’exploitation exclusive du DVD au sein de la chronologie des médias ». Il serait donc impératif que le DVD soit en avance sur la VOD.

Le président de Disney France, Daniel-Georges Lévi, envisage une possibilité encore meilleure : réduire la fenêtre de lancement des DVD à 4 mois et demi après la sortie en salle afin de laisser le champ libre à la VOD dans les six mois. Il idée qu’il convient de mûrir, et qui permettrait de ne plus attendre de longs mois avant de voir des films disponibles depuis longtemps en DVD débarquer sur les services de VOD.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
    Votre commentaire
  • Aurelgadjo
    Ce genre de protocoles existent ? C'est con, pourquoi ne pas laisser décider chaque éditeur de sortir ce qu'il veut quand il veut ?
    0
  • Onigiri@IDN
    Parce que tout ne dépend pas des éditeurs. Si un film était disponible en DVD juste après sa sortie en salles, les cinéma prétexteraient (sûrement à raison) un manque à gagner puisqu'une partie de leur clientèle préferera attendre quelques jours la sortie du film en magasin plutôt que d'aller le voir au cinéma (où les prix explosent, soit dit en passant). Le même problème se pose avec la VOD : entre payer plus de 8 euros pour aller voir le film en salle ou payer 3 euros pour le voir dans son salon...
    0
  • Aurelgadjo
    Merci pour la précision :)
    0