Piratage de la liste des évadés fiscaux

La liste de fraudeurs fiscaux que brandit le ministre du Budget, Éric Woerth, depuis l'été dernier proviendrait d'un piratage informatique de la banque HSBC de Genève.

Un vol chez HSBC Genève

Août 2009, le Ministre du Budget annonce être en possession d'une liste de 3000 noms soupçonnés d'évasion fiscale en déplaçant leurs fonds sur des comptes en Suisse. Ces derniers ont alors jusqu'au 31 décembre pour régulariser leur situation.

C'est un cadre de HSBC qui aurait piraté en 2008 le système de son employeur avant de communiquer une liste au gouvernement français. Pour la Suisse, il n'y a qu'une dizaine de noms sur cette liste "qui est ancienne et pas de nature sensible." 

Une nouvelle vie pour le pirate ?

L'Helvétie a réclamé l'extradition de l'ex-employé pirate, ce que la France a poliment refusée. Placé sous protection policière, il aide actuellement le fisc à décoder les données cryptées de la liste.

Reste la question de l'échange des informations avec l'État Français. L'avocat du cadre de HSBC assure qu'il n'y a pas eu de transaction entre la France et son client, ce que confirme le ministère du Budget. Pour un enquêteur cité par le Parisien, il pourrait y avoir une "somme d'argent" ou "l'assurance de s'offrir une nouvelle vie" là-dessous.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
6 commentaires
    Votre commentaire
  • Anonyme
    ah d accord , on comprend mieux la petite guerre quil nous fabrique en touchant la popule de diverse maniere : , piratage ,Polansky , les minarets et aprés ils vont nous fabriquer quoi ? un tueur de masse suisse ? quelque chose de bien percutant ?
    0
  • nquere
    Tu sais, si on devait etre au courant de tout... je crois que tu serais encore plus dégouté ^^
    3
  • Anonyme
    En fait ce n'est ni un cadre ni un piratage: C'est le gars (un franco-italien) chargé du cryptage des données qui a livré l'information...
    0