Microsoft OneDrive : bientôt du stockage sur ADN ?

Microsoft étudie une nouvelle forme de stockage. Nul disque dur ou serveurs, mais des brins d’ADN synthétiques.

La firme de Redmond vient d’acquérir 10 millions d’oligonucléotides, des courts segments d’ADN, auprès de Twist Bioscience, une start-up californienne spécialisée dans la production d’ADN synthétique. L’ADN est capable de stocker les informations génétiques des êtres vivants. Sa version synthétique, vierge de toute donnée peut être utilisée comme nouveau moyen de stockage de codes numériques.

Les premiers tests ont déjà été réalisés et ont donné des résultats concluants, à savoir qu’il est possible d’écrire et de lire sur de l’ADN synthétique avec un taux de réussite de 100 %, explique Doug Carmean, chercheur en biotechnologie chez Microsoft.

1 g d'ADN = 1 zettaoctet de données

L’avantage premier de l’ADN est sa très grande surface de stockage. Un seul gramme pourrait contenir un billion de gigaoctets de données, soit un zettaoctet. Sa durée de vie arrive en second. « L’ADN est un support de stockage prometteur, car il a une durée de conservation connue de plusieurs milliers d’années, offre un format de stockage permanent et peut être lu pour des coûts qui diminuent continuellement », explique Emily Leproust, PDG de Twist Bioscience,

Cette avancée ne se destine pas à un usage grand public, mais plutôt aux fermes de serveurs de Microsoft, toujours en demande d’espace de stockage, les nouvelles technologies poussant de plus en plus vers le stockage en ligne.

>>> Lire : Stockage en ligne gratuit : quel service choisir ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire