Les téléphones sous Android seraient beaucoup trop curieux



Une étude menée par Digital Content Next a révélé qu’un appareil Android inactif continue à envoyer des données vers Google. La fréquence est beaucoup plus élevée comparée à un dispositif iOS. Douglas C. Schmidt est professeur d'informatique à l'Université Vanderbilt (Tennessee, États-Unis), il a publié les résultats de ses recherches dans un article intitulé "Google Data Collection". Lors de ses expériences, il a remarqué qu’un téléphone Android inactif, mais avec Chrome actif en arrière-plan envoyait des informations de localisation à la firme de Mountain View. La fréquence dépasse largement les 300 fois durant un délai de 24 heures.

Google relie les données aux comptes

Pendant ses recherches, M. Schmidt a constaté un autre écart. Sur un intervalle d’une heure, un téléphone Android inactif exécutant Chrome renvoie à Google près de cinquante fois plus de demandes de données qu'un iPhone inactif exécutant Safari. En moyenne, un dispositif Android communique 10 fois plus avec ses serveurs qu'un appareil Apple. Le chercheur a démontré que la firme de Mountain View réussit à relier les informations anonymes aux comptes de ses utilisateurs. Les informations récoltées par les identificateurs publicitaires peuvent être associées à leurs véritables identités.

Google a besoin de ces données, car son modèle économique repose sur la publicité ciblée. De son côté, Apple s’en sert pour améliorer ses services et demande à ses clients une autorisation claire avant de procéder à une collecte. La firme de Cupertino insiste beaucoup plus sur la protection de la vie privée.

>>> La Cour Suprême des Etats-Unis doit choisir entre l’utilisation du traçage et la protection de la vie privée

Posez une question dans la catégorie News du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire