Les petits problèmes judiciaires d’Apple

En l’an de grâce 2004, Apple se voyait quelque peu dérangée par une petite entreprise connue sous le nom de Burst.com.
L’entreprise en question expliquait à la firme à la pomme que les technologies utilisées par cette dernière dans son lecteur MP3 iPod et dans le logiciel qui l’accompagne iTunes sont la propriété de Burst.com du fait de brevets déposés par cette société.
Burst.com demande alors à Apple de s’arranger afin que la Pomme accepte les licences relatives à l’utilisation de cette technologie.
Mais Apple n’était pas de cet avis et a décliné l’offre.
Aujourd’hui, l’affaire, qui peut paraître classique, arrive devant les tribunaux, mais c’est Apple qui porte plainte...

Apple a des manières de Microsoft ?

Apple réclame effectivement que les brevets détenus par Burst.com soient déclarés invalides.
Burst.com ne compte cependant pas se laisser avoir et affirme qu’il répondre à cette plainte par une contre-attaque pour violation de brevets dans de brefs délais.
“Burst reste commis au renforcement de sa propriété intellectuelle et cherche un moyen de régler correctement cette affaire grâce à une licence couvrant les produits d’Apple Quicktime, iPod et iTunes, incluant l’iTunes Music Store” annonçait Burst.
Notons que l’année dernière, Burst avait déjà passé un accord du même type avec Microsoft, qui a payé une licence pour le brevet d’un montant de 60 millions de dollars.

Source : Afterdawn
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
12 commentaires
    Votre commentaire
  • Ikkei
    Il faut dire qu'aux USA, on peut déposer un brevet pour des choses ridiculement insignifiantes dans le monde de l'informatique. Un bouton, un menu, un design légèrement typé, l'idée de gérer le streaming en envoyant plus vite que le temps réel pour assurer la continuité de la lecture sur le client (cas de Burst.com), un transistor mis à gauche plutôt qu'à droite parce c'est moins cher, et autres petits détails qui nous éloignent de la vision profondément "conceptuelle et innovante" d'un brevet à la Française.

    Alors forcément, on finit par ne plus s'y retrouver entre "voler une idée" et "intégrer un détail pratique vu ailleurs". Les constructeurs de matériel se tirent la bourre pour déposer des brevets portant sur des choses identiques mais maquillées différement, processeurs et cartes graphiques en première ligne.

    Je ne connais pas le détail, mais je ne serais pas étonné que ce soit une affaire de sous plus qu'une affaire de vol de propriété intellectuelle. Microsoft a dû juger que 60 millions de dollar seraient plus rentables qu'un procès difficile qui coûte l'argent des procédures mais surtout l'argent du temps qu'on y consacre en termes d'organisation. Apple n'a pas dû le voir pareil... Tout cela me dépasse et m'ennuie au plus haut point.
    0
  • mauy
    L’ennui étant que l’on voit fleurir des dizaines de plaintes –pas toujours fondées- de petits fauteurs de troubles (on peut dire parasites) qui n’ont que pour but que de vivre de cela sans pour autant proposer des produits.

    D’un autre côté, il faut aussi protéger l’innovation et ceux qui la crée.

    Du coup tout cela devient très compliqué à gérer. On risque de se retrouver dans la même situation en Europe si la loi sur les brevets logiciels est finalement adoptée.
    0
  • calfou
    Je suis entièrement d'accord avec vous..

    En amérique, au jour d'aujourd'hui, j'ai l'impréssion que la première chose que l'on apprend au gamins c'est de porter plainte...
    0