Il raye son Apple Watch et attaque Apple pour publicité mensongère

Dean Lubaki, le jeune possesseur canadien d’une Apple Watch a décidé d’attaquer Apple en justice, estimant que les rayures sur son Apple Watch étaient inadmissibles. Il accuse en particulier la firme d’avoir fait une publicité mensongère.

>> 
[Promo] 10% remboursés chez Rakuten Price Minister sur le Xiaomi Mi Max 2 et l'Apple Watch Nike+ Series 3

Selon la compagnie, l’Apple Watch est « brillamment résistante aux rayures », mais l’expérience de Mr Lubaki lui a appris que les montres connectées de la firme à la pomme ont, à l’inverse, tendance à se rayer facilement. Il dénonce en particulier la conception du bracelet milanais, qui attire la boucle de la montre et « créé de l’abrasion sans aucune action de l’utilisateur ». Comme il bénéficiait d’un plan Apple Care, Mr Lubaki a tenté de faire remplacer son appareil dans une boutique Apple. Les vendeurs lui auraient refusé cette faveur, c’est pourquoi le client mécontent a décidé de passer par la case tribunal.

Il cherche désormais à obtenir une compensation financière et des dommages et intérêts punitifs pour le « stress mental et les dépenses qu’il a encourus à cause de ce désagrément, en plus du temps gâché dans ma vie que je ne récupèrerai jamais ». Malgré les tentatives d’Apple de parvenir à un arrangement, Mr Lubaki a refusé toute compensation en nature, et compte aller jusqu’au bout de sa démarche.

>> À lire : 
Montres et bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?
>> Plus : [Test] Fitbit Versa : si près, si loin de l'Apple Watch

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • JohnnySixter
    Mouarf ! Il doit tellement s'emmerder celui-là dans la vie.
    Je trouve que c'est d'une débilité absolue et aussi un simple moyen de récupérer de la thune tout en voulant faire croire que c'est pour le principe. Cet objet n'est qu'un gadget et n'a par défaut aucun intérêt sauf se la péter en réunion et se prendre pour Michael Knight.