Asgardia veut devenir la première nation de l’Espace

Le projet d’Asgardia, pour le moins ambitieux, est de devenir la première nation de l’Espace. Présenté cette semaine lors d’une conférence de presse à Paris, le projet a notamment pour but de protéger la Terre contre les éventuels astéroïdes, mais aussi de promouvoir la paix et offrir un espace inédit aux scientifiques, et n’importe quel terrien peut y demander sa nationalité dès maintenant.

Fondé par un scientifique russe, Igor Ashurbeyli, le projet cherchera notamment à fournir une plateforme offrant « une recherche indépendante, privée et sans restriction ». Le but : surpasser les « considérations économiques et scientifiques [qui] prennent souvent le pas sur celles purement scientifiques », ainsi que les « barrières morales » qui seraient autant de freins à la recherche spatiale selon l’auteur du projet. Concrètement, si le projet ne l’évoque pas directement, ce projet chercherait surtout à fournir un moyen pour les chercheurs et agences spatiales de contourner le traité de l’espace, qui régule les actions que les différentes nations disposant d’un programme spatial peuvent effectuer dans l’espace. Un premier satellite devrait donc être lancé entre 2017 et 2018, et Asgardia cherche d’ores et déjà des aspirants pour prendre la nationalité Asgardienne.

L’idée est qu’à partir de 100 000 citoyens, Asgardia pourra demander un statut de nation reconnue par les Nations Unies, c’est en tout cas le plan de d’Igor Ashurbeyli, qui s’est pour l’occasion entouré d’avocats. Les citoyens en question n’iraient cependant pas vivre sur le satellite, mais seront toujours résidents de leur pays d’origine. Reste à savoir si Asgardia pourra obtenir le statut de nation sans avoir de terre habitable à proposer à ses citoyens, d’autant que sa seule entité serait représentée par un satellite orbitant autour de la Terre.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire