Assassin's Creed unity ? De la « propagande » selon Jean-Luc Mélenchon

Il aura fallu moins d’une journée après sa sortie pour qu’Assassin’s Creed Unity, le nouveau jeu de la licence phare d’Ubisoft, déclenche la polémique. Cette fois, il n’est toutefois pas question de violence, mais de la vision de la Révolution donnée dans le jeu. Jean-Luc Mélenchon, député européen et fondateur du Parti de gauche, dénonce la propagande du jeu d’Ubisoft.

Sorti ce jeudi en France, Assassin’s Creed Unity aura déjà fait parler de lui. Outre ses nombreux bugs référencés sur plusieurs blogs, le jeu est également l’objet d’accusations de la part du Parti de Gauche fondé par Jean-Luc Mélenchon. À l’origine, un billet d’Alexis Corbière, secrétaire général du parti politique, qui dénonce une vidéo promotionnelle présentée cet été durant la Comic Con de San Diego : « Elle reprend à son compte tous les poncifs contre-révolutionnaires forgés depuis plus deux siècles. Le Peuple de Paris est présenté par une cohorte brutale et sanguinaire, c’est lui qui produit la violence, toujours lui qui de façon aveugle fait couler le sang, notamment du bon roi débonnaire ». La vidéo ne présente cependant pas de séquences de jeu et se présente presque comme un contenu bonus, scénarisé par le musicien et réalisateur de films d’horreur Rob Zombie.

Interrogé par Le Figaro, puis France Info, Jean-Luc Mélenchon est à son tour revenu sur le dernier volet de la licence d’Ubisoft, dénonçant une « propagande contre le peuple » qui présente Louis XVI et Marie-Antoinette comme « des braves petites personnes ». « Celui qui est notre libérateur à un moment de la révolution, Robespierre, est présenté comme un monstre », affirme-t-il, rappelant par ailleurs que le révolutionnaire avait donné le droit de vote aux juifs, aux comédiens et avait proposé le droit de vote des femmes.

Ubisoft n’a pas réagi directement aux accusations du Parti de gauche. Dans une interview accordée ce jeudi au Monde, le producteur d’Assassin’s Creed Unity, Antoine Vimal du Monteil, tenait tout de même à souligner que le jeu n’est « pas une leçon d’histoire », même si Ubisoft a travaillé avec un historien. « À tous ceux qui vont acheter Assassin’s Creed Unity, je leur souhaite un moment agréable, mais je leur dis aussi que le plaisir de jouer n’empêche pas de réfléchir », conseille cependant Alexis Corbière.

La vidéo promotionnelle dénoncée par le Parti de Gauche

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire