Audi TT : un cockpit virtuel au top de la high-tech

La semaine dernière, nous parlions de la technologie Matrix LED de la prochaine Audi TT, que le constructeur allemand nous a exposé en détail. Cette voiture de sport est particulièrement bien lotie en matière de nouvelles technologies et une autre importante innovation concerne le tableau de bord, qu'il nous a été possible de découvrir. Les traditionnels compteurs analogiques sont ici relégués aux oubliettes. À la place, Audi a intégré un bloc « écran » entièrement numérique, à l’image de Tesla dans la Model S

Lire : Lumière sur la technologie Matrix LED de la prochaine Audi TT

Visuellement, le résultat est bluffant : l’empreinte de la marque est toujours présente, mais se modernise dans une interface cohérente avec les dernières évolutions du système de navigation maison. L’écran TFT 12,3 pouces est placé pile dans le champ de vision du conducteur, ce qui ne perturbe pourtant pas la concentration assure le constructeur, une information basée sur des études menées en interne. La définition n’a rien de ridicule, 1440 x 540 pixels. Soit une résolution de 125 pixels par pouce, offrant une finesse tout à fait suffisante compte tenu de l’éloignement de l’écran des yeux du pilote, bien qu’elle mériterait d’être améliorée à l’avenir. Gageons que ce sera le cas.

Nvidia aux commandes

Pour faire fonctionner l’ensemble, Audi s’appuie sur des composants issus de chez Nvidia, deux puces Tegra 3. L’une s'occupe de l’interface conducteur, l’autre se charge des éléments et systèmes de sécurités. Le K1, la solution la plus récente du spécialiste américain des processeurs graphiques, qui a été présentée à l’occasion du CES n’a donc pas encore été retenu. Cela n’empêche en rien de garantir une fluidité absolue du système, à 60 images par seconde. Les puces sont bien différentes de celle placées dans les téléphones portables ou tablettes, puisqu’ils sont ici étudiés pour durer dans le temps et résister à des écarts de température bien plus importants, de - 50 à + 100°C. Un petit refroidissement actif est même intégré.

Sur cet écran s’affiche en permanence trois principales données : de chaque côté, les compteurs de vitesse et de régime moteur, au centre les informations liées au système multimédia. Seules les jauges de température du liquide de refroidissement et de niveau de carburant restent indépendantes, placées juste sous le combiné d’instruments et animées par des petites LEDs.

Compteur ou GPS, pourquoi choisir ?

Il est possible d’ajuster la taille des éléments. En choisissant de se concentrer sur ses outils de conduite, les compteurs prennent tous la hauteur de l’écran. En privilégiant l’« infotainment », ils se font plus discrets dans la partie inférieure, toujours sur les bords, mais la lisibilité est suffisante pour ne pas perturber la conduite. La centrale prend alors le dessus pour permettre de profiter pleinement des différents menus : navigation GPS, lecteur multimédia, ordinateur de bord, etc. À noter que le modèle TTS de la marque profite d’une vue spécifique, plus sportive avec le compte-tours placé au centre.

L’interaction avec l’écran se fait en partie par le volant multifonctions, mais surtout depuis la commande centrale, grâce à une molette qui peut s’utiliser de deux manières : en la tournant pour naviguer dans les menus ou en dessinant des lettres et chiffres dessus, la surface étant tactile. Cette particularité tire tout son intérêt dans la recherche, qui bénéficie au passage d’un système d’autocomplétion. Trouver une ville ou un point d’intérêt prend alors une tout autre forme comparée aux dispositifs précédents, longs et fastidieux. Surtout, le logiciel propose une recherche unifiée au sein des différentes fonctions. Inutile de se trouver dans le bon menu pour trouver la bonne option, ce qui représente un gain de temps non négligeable.

Sinon, la reconnaissance vocale a été largement améliorée et ne nécessite plus d'apprendre les commandes. Appeler un contact depuis le kit mains libres intégré ne demande qu'une requête de type "Je veux parler à ..." ou "Passe-moi ...".

Du changement pour le passager

Puisqu’il n’y a plus d’écran sur la commode centrale, l’utilisation de l’interface, que ce soit pour la navigation ou les contenus multimédias, est accaparée par le conducteur. Audi est conscient que cela peut perturber certains clients. Mais dans un coupé sport, on pardonne plus facilement l’égoïsme. L’affichage reste toutefois lisible par le passager, malgré le volant dans le champ de vision. Et puisque la molette est placée au centre de l’habitacle, il lui est toujours possible de la manipuler.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Yoann Boukredine
    Déjà possible d'avoir ce genre d'affichage sur les voitures depuis 1996 avec l'OBD2, une tablette android, un dongle bluetooth ELM327 et une app comme DashCommand ou Torque ;-)
    0