LA SNCF généralise le billet électronique

Le billet électronique se généralise. Ce seront tout d’abord l’Est (Strasbourg, Reims…), l’Ouest (Rennes, Bordeaux…) et le Centre (Clermont-Ferrand, Limoges…) qui seront concernés par ce nouveau service. Il sera généralisé début 2011. Comme pour les billets Prem’s ou iDTGV, le billet est imprimable à domicile sur une feuille A4.

Il devient ainsi inutile de composter, le contrôle se fera à bord du train. Le billet sera non seulement disponible sur la nouvelle version du site Voyages-SNCF.com, mais aussi aux guichets des gares, en boutiques SNCF et sur n’importe quelle borne. 

Un investissement de 50 millions d'euros

La société espère ainsi rattraper son retard par rapport aux compagnies aériennes qui utilisent massivement le système. La SNCF compte ainsi convertir un tiers de ses 130 millions de clients au billet électronique. « Ce nouveau service a coûté 50 millions d’euros, c’est un investissement important qui correspond à une immense attente des clients », explique Barbara Dalibard, directrice générale de SNCF Voyages.

La semaine dernière le site Voyages-SNCF.com a fait peau neuve avec une version plus simple, complète et lisible. La SNCF veut redorer son image face aux problèmes techniques à répétition que connait son service en ligne depuis de nombreux mois.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
    Votre commentaire
  • papyrio
    Le billet électronique coûte aussi cher que le billet papier, sauf qu'il faut se l'imprimer soi-même, et qu'il n'est par défaut ni remboursable, ni cessible. Ce dernier point est particulièrement désavantageux pour le consommateur : peut-on alors réellement parler de "progrès" ?
    3
  • jbe-75
    C'est un vrai progrès car le e-billet peut être imprimé aurant de fois qu'on veut de chez soi ou en gare. De plus pour échanger ou annuler mon voyage, je n'ai plus besoin d'aller au guichet. C'est vrai, il faut donner son nom, mais bon, on le fait déjà partout !
    1
  • Kenelm
    papyrioLe billet électronique coûte aussi cher que le billet papier, sauf qu'il faut se l'imprimer soi-même, et qu'il n'est par défaut ni remboursable, ni cessible. Ce dernier point est particulièrement désavantageux pour le consommateur : peut-on alors réellement parler de "progrès" ?
    Ben oui, c'est super tendance tu peux l'imprimer chez toi et tout et tout ! C'est ce qu'en France on appelle le progrès.

    Après c'est clair que ça craint. Déjà que les billets retirés en borne, si c'est dans l'heure dans laquelle part le train, il est automatiquement composté. Donc il devient impossible à échanger, même pour les billets échangeables. Une aberration. Aux dernières nouvelles, ce grave problème est toujours pas résolu.

    Et maintenant on va nous coller un truc qui nécessite une imprimante alors que le système de retrait en borne (hormis le problème de compostage) fonctionne si bien, pour les retraits, les échanges, et même les réservations... Mais non, maintenant faut se promener avec son PC et son imprimante sous le bras, et prier pour que la gare aie un réseau wifi gratos.

    Je sais pas si ils comptent virer les bornes, mais ça serait de la pure stupidité.
    1