Microsoft lance Bing en France en se démarquant de Google

Microsoft lance aujourd’hui la version finale de Bing en France après plusieurs mois de test grandeur nature de sa version bêta. Le moteur de recherche veut concurrencer Google sur des valeurs très différentes.

Avec une part de marché de plus de 12 % aux États-Unis, Bing a réussi a y faire sa place sur un marché toutefois plus disputé qu’en Europe. Désormais technologie de recherche par défaut du populaire Yahoo!, Bing revendique avec cet autre portail une part de marché sur la recherche américaine de 31 %. Pas certain que Microsoft arrive à faire aussi fort en France dans les prochains mois. Pourtant, la société a soigné ses partenariats pour mettre en avant des contenus pertinents dans les résultats de recherche de Bing. « Nous pensons qu’il y a une place à prendre dans la recherche », a ainsi déclaré Eric Boustouller, président de Microsoft France.

Car contrairement à Google, que les responsables de Microsoft ont bien pris soin de ne pas évoquer durant une heure et demie de conférence de presse, Bing assume pleinement de privilégier certains sites dans ses résultats. Ces réponses seront combinées avec l’algorithme classique du moteur. Ainsi, les recherches locales seront fortement influencées par les réponses venant des PagesJaunes, proposant par défaut carte et contacts autour de l’endroit recherché. 

Des contenus forts

Autre partenariat très attendu des utilisateurs et des sites d’information, celui conclu avec le GIE e-Presse. Ce groupement d’intérêt économique regroupe des titres de presse aussi reconnus que le Figaro, l’Équipe, Libération, le Point, le Nouvel Observateur, les Échos, etc.). Pour Bing, le but est de mettre en avant des contenus de qualité, notamment par le choix d’informations originales et non pas de l’énième reprise d’une information par un site ne misant que sur le référencement. Google est allé récemment dans ce sens en changeant son algorithme, mais ne reverse pas comme Microsoft une partie des revenus générés par la publicité. Un argument qui risque de faire séduire plus d’un site d’information.

Du côté culturel, Bing n’est pas en reste puisqu’il donne accès à tout Gallicia, la bibliothèque numérique de la BNF. Suite à un accord signé en septembre dernier avec Steve Ballmer, la Bibliothèque nationale de France compte « démultiplier son audience », comme le précise son président Bruno Racine. « Il est normal que les moteurs de recherche accordent une prime aux contenus de qualité », ajoute-t-il.

Avec son interface très visuelle (déroulement infini d’une page d’images, fiche d’un film intégrée, etc.) Bing veut donc foncièrement se démarquer de Google grâce à une approche plus pratique. On retiendra enfin que la recherche locale et l’usage sur mobile restent une priorité pour Microsoft. Comme un écho de son partenariat privilégié avec Nokia dans le domaine des smartphones annoncé le mois dernier.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
6 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • quecg2
    C'est une très bonne chose qu'il y ait une concurrence dans ce domaine :) (ce n'est jamais très bon qu'un société garde le monopole pour elle toute seule).
    -1
  • Ooosas
    Bing est mon ami :dawa:
    Dites, ça sonne mieux hein ?
    0
  • micaub
    J'ai l'impression que le passage de la Bêta à la version finale s'est accompagnée de quelques modifications : les résultats semblent plus pertinents et la présentation plus agréable. Je me trompe ?
    0