Blizzard gagne son procès (et quelques millions) contre les tricheurs

Blizzard s’est fait une réputation avec des jeux en tous genres comme World of Warcraft, Diablo III ou Overwatch. Maintenant, il semble que l’entreprise ait décidé de faire le ménage dans ses jeux. Après avoir interdit Overwatch aux tricheurs coréens, le studio américain a eu gain de cause auprès d'une cour californienne face à l’entreprise allemande Bossland spécialisée dans la création de logiciels de triche.

Bossland propose en effet des programmes automatisés dans les MMORPG. Dans le cas d'Overwatch, ils permettent de savoir l’emplacement de ses ennemis et leur état de santé moyennant un abonnement mensuel. Mais ce n'est pas le seul sujet qui fait débat. Blizzard accuse Bossland d’avoir eu recours à la rétro-ingénierie pour altérer ses jeux sans son consentement. Après une bataille juridique qui a débuté en juillet 2016, Bossland est condamné à verser 8,5 millions de dollars de dommages et intérêts.

Même si Overwatch s’est écoulé à plus de 10 millions d’exemplaires, il faut dire que les microtransactions portant sur divers articles et équipements rapportent également aux studios. La présence d’outils de triche nuit ainsi à ce commerce rentable alors que des jeux comme Star Trek Online, DC Universe Online et Warframe misent entièrement sur cette formule de micropaiements.

> > >  Lire aussi Blizzard met un peu d'Overwatch dans Heroes of the Storm 2.0

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire