L'Arcep veut accélérer les non dégroupés

ARCEPFrance Télécom et l’Arcep (autorité de régulation des communications électroniques et des postes) risquent de se retrouver à nouveau confrontés l’un à l’autre. L’histoire concerne cette fois-ci les tarifs de gros pratiqués par France Télécom sur la bande passante.

Ces tarifs, jugés prohibitifs, furent le principal argument avancé par Free lorsque ses abonnés ont demandé des explications quant au bridage de certains ports, notamment des ports utilisés par les réseaux P2P. L’opérateur avait donc saisi l’Arcep, qui est ensuite entré en pourparlers avec France Télécom.

France Télécom facture trop cher

Lorsqu’un opérateur tiers veut proposer un accès à Internet à un abonné non dégroupé, il n’a pas d’autre choix que celui de louer les équipements et les services à France Télécom, à qui la ligne appartient. Si la location de la ligne en elle-même reste dans les prix fixés, c’est en revanche la bande passante, également louée à France Télécom, qui coûte de plus en plus cher aux opérateurs. Ainsi, c’est entre 210 et 265 euros par Mbit/s consommé que les opérateurs doivent payer, selon notre confrère EchosDuNet, conduisant souvent aux bridages que beaucoup connaissent.

L’Arcep a depuis préconisé que ces tarifs soient revus à la baisse, notamment en ramenant ce tarif à 75,1 € HT par Mbit/s consommé. Ces modifications de tarif devraient permettre aux opérateurs proposant des offres non dégroupées de respirer un peu plus. Ainsi, la première hypothèse avancée est que le bridage des opérateurs n’aura désormais plus de raison d’être, et sera supprimé une fois ces nouveaux tarifs en vigueur. France Télécom, qui a publié ses nouveaux tarifs le 28 septembre dernier, a annoncé que ceux-ci seraient en applicables à partir du 1er novembre 2007.

Notre avis : il appartient maintenant aux opérateurs, Free en tête, de proposer des offres non dégroupées plus intéressantes et surtout sans bridage. Quoi qu’il en soit, cela devrait régler, au moins temporairement, les problèmes grandissants de coûts de la bande passante en France, qui auront notamment conduit un opérateur américain à déconnecter ses abonnés les plus gourmands pour survivre.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
    Votre commentaire
  • Sundevil
    75,1 € HT par Mbit/s, sa me parrait enorme comme chiffre. Comment les FAI font pour vivre en vendant du 24Mb/s a 30€ si le Mb coute autant.
    0
  • Onigiri
    Le prix indiqué concerne uniquement les connexions dont les lignes sont louées à France Télécom, ce qui n'est pas le cas d'une ligne dégroupée. Pour une ligne dégroupée, Free n'a pas à louer la bande passante à France Télécom et peut donc fournir 24 Mbits sans avoir à payer ces fameux 75 euros par Mbits à FT.
    0
  • floboss@IDN
    Ben c'est simple chez Free par exemple un client en non-dégroupé coûte plus d'argent qu'il n'en rapporte, mais il espère te garder après quand tu seras dégroupé ou la tu couteras quasiment rien.
    0