Nos smartphones vont-ils bientôt détecter les pics de pollution ?

Des chercheurs ont mis au point un capteur pour smartphone, capable de détecter le niveau de dioxyde d’azote présent dans l’air. Outre son efficacité, il est fabriqué à partir d’un matériau bon marché, ouvrant ainsi la voie vers une possibilité de production à grande échelle.

On doit cette recherche à une équipe de scientifiques australiens du RMIT, en collaboration avec leurs collègues chinois. Il s’agit d’un capteur qui, une fois intégré à un smartphone, permet de détecter les pics de pollution. Sa particularité réside dans le matériau spécifique utilisé capable d’interagir avec le dioxyde d'azote dans l’air. En effet, il est composé de disulfure d’étain, un pigment que l’on retrouve généralement dans les vernis. Faisant quelques atomes d’épaisseur, ce matériau dispose d’une surface qui attire les molécules de dioxyde d’azote de manière sélective. Il peut ainsi les absorber efficacement afin de faciliter la mesure et obtenir un résultat précis. Enfin, le capteur couterait moins d’un dollar à produire.

Alors que la recherche vient d’être publiée dans la revue scientifique ACS Nano, ses concepteurs espèrent que des firmes seront intéressées pour lancer sa fabrication en masse.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire