La cigarette électronique ne sera pas vendue qu'en pharmacie

Mise à jour (8 octobre, 14h30) : D'après l'AFP, l'amendement qui visait à considérer la cigarette électronique comme médicament a été rejeté au Parlement européen. La vente de e-liquides ne sera donc pas réservée aux pharmacies.

Article original : En prévision du vote qui aura lieu ce mardi au Parlement européen, les utilisateurs de cigarettes électroniques et les médecins manifesteront ce lundi à Strasbourg pour faire part de leur opposition à considérer la cigarette électronique comme un médicament.

Mardi 8 octobre, le Parlement européen doit en effet entendre les conclusions du rapport de l’eurodéputée britannique Linda McAvan avant de se prononcer sur le fait de considérer la cigarette électronique et les e-liquides d’une concentration en nicotine supérieure à 4 mg/mL comme des médicaments, contre 20 mg/mL actuellement. La plupart des e-liquides aujourd’hui commercialisés proposent quant à eux des concentrations en nicotine entre 8 et 16 mg/mL. La question est d’importance pour les consommateurs et les revendeurs de cigarettes électroniques. En effet, la vente de médicaments est strictement réservée aux pharmacies et la cigarette électronique ne pourrait ainsi plus être vendue sur Internet ou dans des boutiques spécialisées.

Lire notre dossier sur les 11 choses à savoir sur la cigarette électronique

Une pétition de l’Association indépendante des utilisateurs de cigarette électronique (Aiduce) a ainsi recueilli 39 324 signatures. Cette pétition vise à sensibiliser les députés européens sur les risques de considérer la cigarette électronique comme un médicament. « Préconiser un taux de nicotine maximum de 4 mg/mL montre une volonté de rendre la cigarette électronique inefficace tout en empêchant les fumeurs souhaitant réduire ou stopper leur consommation de tabac d’accéder à cette alternative plus saine », affirme la pétition, expliquant que « cette restriction ferme du taux de nicotine conduira des milliers d’utilisateurs actuels à revenir au tabac au lieu de demeurer dans une abstinence bénéfique ». En effet, pour les partisans de la cigarette électronique, le fait de réserver les liquides supérieurs à 4 mg de nicotine par mL aux seules pharmacies pourrait réduire drastiquement le choix tant en terme de goûts que de marques, de concentration et, surtout, de disponibilité des liquides.

Les usagers et revendeurs de cigarettes électroniques devraient être rejoints à Strasbourg par une dizaine de médecins français ayant signé un texte commun en faveur de la cigarette électronique. Publié sur Le Parisien, le texte des dix médecins milite également contre le statut de médicament de la cigarette électronique. « Nous soutenons la position des autorités françaises de ne pas faire de la e-cigarette un médicament, de manière à laisser la recherche ouverte à tous les industriels potentiellement concernés par la sécurité et l’efficacité de ce produit », écrivent-ils.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • areopage
    "La cigarette électronique ne sera pas vendue qu'en pharmacie"

    Il n'y a que moi que ce titre choque ?
    Il faudrait choisir entre "ne...pas" et "ne...que".
    0
  • areopage
    "La cigarette électronique ne sera pas vendue qu'en pharmacie"

    Il n'y a que moi que ce titre choque ?
    Il faudrait choisir entre "ne...pas" et "ne...que".
    0
  • Ailla
    C'est une bonne nouvelle dans le sens où ça va éviter de faire flamber les prix, en optimisant la concurrence.
    Mais le mauvais coté de la chose, c'est qu'il y aura moins d'études (vraiment sérieuses, avec un vraie démarche scientifique, valable), car moins de rentabilité potentielle pour les labos pharmaceutiques.

    Et quand au problème de la supposée toxicité des produits contenus dans le liquide, faudrait quand même pas oublier que le tabac est le facteur de risque principal de :
    -nombreux cancers
    -infarctus
    -AVC
    -maladies thrombo-emboliques
    -surinfections en tous genres.
    -etc...
    Et tout ça dans des proportions plus qu'importantes (entre 100 et 900% d'augmentation des risques), et avec de vraies études scientifiques à l'appui.

    Y a rien de pire que le tabac
    0