Le cloud computing fédère les grandes marques

HP, Intel, Yahoo vont s’appuyer sur des ressources open source pour lancer un projet commun de Cloud Computing. Ces trois partenaires désirent ainsi encourager le développement de cette technologie.

Des applications et des fichiers, sans besoin de stockage

Cette technologie consiste à rendre accessible, via internet, des applications habituellement utilisées sur un ordinateur et des capacités de stockage que ne pourrait pas se permettre n’importe quelle entreprise. Ainsi, des ordinateurs peuvent par exemple s’allier pour des calculs colossaux. Par la création de ce projet baptisé « Cloud Computing Test Bed », les trois partenaires désirent développer cette technique, en unissant les spécialités pour dépasser des barrières financières et logistiques. Les chercheurs aborderont notamment les problèmes de sécurité due aux partage de fichiers induit par un tel système.

6 centres pour un projet

Les recherches seront conduites dans 6 centres d’excellence, situés chez Yahoo, Intel et HP, et dans des universités partenaires. Des administrations du monde entier participeront au projet, tel que l’université de l’Illinois ou l’institut de technologie de Karlruhe en Allemagne. Ils travailleront avec des projets open source tels que Apache Hadop, ou encore le langage Pig de programmation parallélisée de Yahoo Research. Le matériel utilisé proviendra en grande partie de chez HP et Intel. La plupart des résultats de ces recherches auront une proprièté intellectuelle partagée.

Le Cloud Computing s’installe peu à peu

Quelques grandes sociétés comme Google, Amazon ou Microsoft, avec Live Mesh, proposent déjà des services distants (stockage de donnée, accès à des logiciels). La mise en place d’un système élargit de Cloud Computing conduirait à voir de moins en moins de matériels dans les salles d’informatique, allégeant la place consacrée au stockage ainsi que les ressources énergétiques nécessaires. L’ordinateur le moins consommateur au monde, le Cherrypal Cloud, fonctionne sur ce système. Il n’a besoin que de 2 Watts pour fonctionner. La solution du futur ?