La CNIL, les libertés individuelles, et... Facebook

Toujours très attendu, le rapport annuel de la CNIL contient généralement un bon résumé des problématiques rencontrées par la Commission Nationale Informatique et Liberté et quelques orientations pour l’année en cours. On y apprend ainsi qu’un avis sera rendu sur les réseaux sociaux dans le courant de l’année.

Les CNIL européennes d’une seule voix

Consciente de l’impact des réseaux sociaux sur la vie privée, la CNIL prend en exemple l’article réalisé l’année dernière par Le Tigre, compilant la vie d’un internaute choisi au hasard sur la toile. Celui-ci fourmillait de détails sur sa vie privée, détails qu’il avait lui-même rendus disponibles. « Un travail de pédagogie doit être poursuivi en direction des plus jeunes, peu conscients des risques que présente leur utilisation assidue des nouvelles technologies de communication », annonce ainsi la CNIL. Le sujet a donc été abordé en octobre dernier lors de la 30e conférence mondiale « informatique et liberté », co-organisée avec l’homologue allemande de la commission.

Si aucun avis ni décision n’ont été pris pour le moment, cette session avait permis de sensibiliser les commissions à quelques questions centrales concernant la vie privée : « Si rien n’est fait aujourd’hui, les générations futures pourront-elles encore prétendre demain à une “bulle” de vie privée ? Ne devient-il pas urgent de protéger notre “capital de vie privée”, dont la pérennité est sérieusement mise en cause ?» Deux résolutions avaient tout de même été adoptées par la Conférence et les CNIL européennes rendront un avis en 2009 « sur la problématique des réseaux sociaux afin notamment de formuler un certain nombre de recommandations pratiques comme elles l’ont déjà fait en 2008 pour les moteurs de recherche. »

D’autres priorités

Mais la CNIL ne traite pas seulement des données sur Internet, mais aussi de la protection de la vie privée dans son ensemble. La commission milite ainsi pour une inscription dans la constitution de la protection des données personnelles. Pour elle, il suffit d’inscrire cette simple phrase au sein de la Consitution : « La République garantit la protection des données personnelles », elle en a ainsi fait la demande à Simone Veil, présidente du comité de réflexion sur le Préambule de la Constitution.

La CNIL veut également être au coeur du dispositif de contrôle de la vidéosurveillance. Avec un doublement des plaintes entre 2008 et 2007 (2588 l’année dernière), la commission « appelle le Ministère de l’Intérieur à clarifier le régime juridique de la vidéosurveillance. »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • Herend
    En parlant de la CNIL et des libertés individuelles, on ne peut que regretter son silence (imposé) pendant le débat sur la loi dite HADOPI. Son travail est très important mais ses avis devraient pouvoir être publiés sans l'accord du pouvoir en place.
    1
  • JSZ
    Ses recommandations devaient rester confidentielles mais avaient finalement filtré. Elle reste malgré tout assez réservée face à l'Hadopi.
    2
  • Anonyme
    Et base élève qui fiche les gosses a partir de 3 ans et le fichier des "malades menntaux" ou hospitalisations d'office et Edvige et l'appel d'offre pour surveiller les profs http://www.rue89.com/2008/11/09/education-220-000-euros-par-an-pour-surveiller-lopinion et j'en passe ... Réveille toi La CNIL .... Marianne pleure ..On va oublier que nous étions libres. Franchement je pensais qu'ils n'existaient plus
    1