La CNIL épingle une entreprise qui espionnait ses employés

Une entreprise française, dont le nom a été gardé secret, vient d’être mise en demeure par la CNIL pour avoir utilisé un logiciel destiné à enregistrer les données saisies au clavier sur les machines de ses employés.


Une telle surveillance a donc poussé la CNIL à rappeler cette entreprise à l’ordre, lui signifiant qu’il s’agit d’un acte contraire à la loi. Ces programmes, communément appelés « keylogger », ont la particularité de pouvoir enregistrer tout ce que l’utilisateur tape sur son ordinateur : conversations professionnelles ou personnelles, sites visités, mais aussi mots de passe et autres informations plus privées. Bien sûr, la plupart des logiciels de ce genre ne signalent pas leur présence à l’utilisateur, qui n’est alors pas informé que toute son activité est espionnée en temps réel.


« La CNIL a estimé que ce dispositif portait une atteinte excessive à la vie privée des salariés concernés et qu’il était, dès lors, illicite au regard de la loi “informatique et libertés” », a expliqué la Commission. Seule exception à cette règle : « un fort impératif de sécurité ». L’employeur pourrait alors se permettre de surveiller activement les correspondances de ses employés afin d’éviter que l’un d’eux divulgue des informations confidentielles, ou infecte une machine, par exemple. Malgré cela, la CNIL parle de « plusieurs plaintes de salariés » reçues depuis l’année dernière pour ce genre de pratique.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire