Internet, c'est du latin

Le Forum sur la Gouvernance de l’Internet continue de soulever des débats riches. Dernier en date, l’alphabet. Sur Internet, la majeur partie des mécanismes sont dans un alphabet latin : URL, langage HTML, logiciels serveurs... Et souvent en anglais. Bien sûr l’encodage est devenu très performant au point de pouvoir diffuser une information dans n’importe qu’elle langue, ce qui donne à la toile son universalité. Mais la mise en place d’un grand site oblige les Russes ou les Chinois à des contorsions que nous ne connaissons pas.

Que faire si votre entreprise a un nom intraduisible ? Son adresse pourtant doit refléter, souvent en anglais, son identité. Et que dire de la formation ? Il est évident qu’il faut plus de temps pour passer d’une langue a idéogrammes vers une comme la notre que de simplement passer du français à l’anglais. Seulement voilà un problème difficilement solvable. D’une part il faudrait remette en cause les bases de la structure du Web. Ensuite il faut tout de même un langage commun pour qu’Internet garde ce qui fait sa force, son homogénéité et son interopérabilité. Elle est déjà bien mise à mal par les différents navigateurs, les implémentions de technologies non standards et la profusion des encodages.

La réponse des principaux acteurs a été de renvoyer les détracteurs vers les moteurs de recherche. Certes, ils ne sont pas la panacée, mais ils permettent de trouver un site en tapant son contenu dans sa langue originelle, qu’elle que soit l’adresse ou la technologie sous-jacente. Et c’est pour cela qu’un autre débat va devoir tôt ou tard exploser : comment se mettre d’accord sur le Web sémentique ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
    Votre commentaire
  • little28
    :lol: faut pas se prendre la tête pour si peu de chose. Ils n'ont rien d'autre à faire ?
    0
  • fear@idn
    Si, si, s'occuper d'un marché de plus d'un milliard 1/2 de personnes...
    0
  • jun2
    Hmmm little, c'est bien la réponse de quelqu'un qui ne se contente que d'une écriture latine, mais ya pas loin d'un tier de la population mondial n'utilise pas les caractère latin ou qui en utilise d'autre.

    Pourquoi ne pas utiliser l'utf pour l'encodage des url ? C'est si dur que cela à mettre en place ?
    0