Nikon D5000 : un reflex vidéo à écran rotatif

À peine quelques jours après la sortie du 500D de Canon, voilà la réponse de son compatriote avec le D5000. Vidéo 720p et écran rotatif sont les principales nouveautés du modèle.

Entre le D60 et le D90

Ce nouveau D5000 ne remplace aucun modèle de la gamme actuelle, mais vient s’intercaler entre le vaillant D60 et la valeur sûre D90. Du D60, il reprend le boitier compact et ramassé, mais aussi quelques défauts comme l’absence de motorisation pour l’autofocus (il faudra donc choisir des optiques AF-S). Du D90 il reprend son capteur 12 mégapixels, sa sensibilité ISO (200-3200), son autofocus 11 points et sa vitesse en rafale de 4 images / seconde.

La vidéo est également un héritage du D90, premier reflex Nikon a l’avoir intégrée, mais reste ici limitée au format « HD Ready » 720 p. Adieu dont le « Full HD » 1080p. Dommage pour les possesseurs de téléviseurs de cette résolution qui se consoleront en se disant que le D5000 offre 24 images/seconde, contrairement à son concurrent le Canon 500D (vidéo Full HD en seulement 20 images/seconde). Enfin, l’écran rotatif, qu’Olympus a adopté depuis longtemps, permettra de profiter pleinement de ce mode vidéo ou en visée directe en tenant par exemple le boitier à bout bras.

Proposé à 729 euros boitier nu, le D5000 sera disponible dès le 1er mai. Plusieurs kits sont prévus : 779 euros avec un 18-55 mm, 829 euros avec un 18-55 mm stabilisé, 929 avec le 18-105 stabilisé et 1029 euros avec les 18-55 et 55-200 stabilisés.