Dead or Alive Xtreme 3 : trop sexiste pour l’Europe, ou juste pas assez bon ?

La licence Dead or Alive est connue pour être un jeu de combat reconnu pour ses qualités techniques, et dont le casting est principalement composé de jeunes femmes aux formes avantageuses et à la physique mammaire improbable. Si ce fait n’était qu’un détail (bien que source de nombreux débats) dans la série de jeux de combat, c'est en revanche la principale caractéristique de série dérivée, baptisée Dead or Alive Xtreme. Tout le concept de combat y est oublié pour présenter à la place lesdites jeunes femmes en maillot de bain, jouant au volley-ball ou prenant un bain de soleil sur la plage. Seulement voilà, alors que le troisième volet de ce spinoff est prévu pour début 2016, l’éditeur Koei-Tecmo a décidé d’annuler la sortie du jeu aux États-Unis et en Europe. La raison évoquée sur Facebook : « la représentation des femmes dans l’industrie du jeu vidéo cause trop de problèmes ». 

Le concept est donc clairement de se rincer l’oeil, et Koei-Tecmo chercherait à se préserver de toute controverse en occident si le jeu venait à y être diffusé. La décision, rendue publique il y a quelques jours, a causé un certain émoi chez les joueurs pour prendre des proportions démesurées cette semaine, où plusieurs joueurs issus notamment du mouvement GamerGate, connu pour ses positions sexistes, crient au scandale. Ils sont ainsi quelques milliers à afficher leur soutien à l’éditeur devant ce qu’ils considèrent comme une forme de censure.

Mais en y regardant de plus près, la décision de Koei-Tecmo pourrait avoir des raisons beaucoup plus bassement financières. La saga des Dead or Alive Xtreme n’a jamais été des plus populaires, du moins jamais autant que le jeu de combat dont elle s’inspire. Le deuxième volet, sorti en 2006, en est l’exemple même : avec seulement 250 000 ventes dans le monde entier, le jeu a été fustigé par la critique pour la paresse de son développement et la pauvreté flagrante de son gameplay, au point de mettre la série au point mort pendant presque dix ans. Tout éditeur censé prendrait donc la décision, dans l’hypothèse où une suite devait voir le jour, de limiter les risques et de ne pas sortir le jeu pour des marchés qui ne l’achèteront pas.

Mais en pointant du doigt le féminisme comme responsable de ce retrait de tout un marché, l’éditeur cherche à s’assurer le soutien d’une certaine catégorie de joueurs qui feront sa publicité gratuitement. Et ça marche : le webmarchand Play-Asia a déjà annoncé qu’il proposera la version asiatique du jeu, la seule à sortir, à l’import dans le monde entier, et de nombreux joueurs se sont déjà annoncés comme étant prêts à l’acheter. Un éditeur indépendant a même annoncé sa décision de financer la publication du jeu aux États-Unis à hauteur d’un million de dollars, si Koei-Tecmo se montrait intéressé. Un coup de publicité inespéré (ou totalement orchestré) pour le japonais, qui voit ainsi son jeu propulsé en sujet de discussion privilégié des joueurs cette semaine, et une bonne opération pour Play-Asia qui verra grimper les ventes d’un jeu aux qualités discutables. Finalement, ce sont les joueurs, quels qu’ils soient, qui semblent ne pas avoir grand-chose à y gagner.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Psykotik0
    "GamerGate, connu pour ses positions sexistes"

    Vous devriez revoir vos sources, votre crédibilité vient d'en prendre un coup. Content de savoir que vos journalistes font mal leur boulot !
    0