Droit d’auteur : le parlement européen adopte la directive qui risque de tout changer

La directive sur le droit d'auteur, après une petite modification de l'article 13, vient donc d'être adoptée par le parlement européen. Celle-ci pourrait bien changer radicalement la donne en matière de diffusion de l'information sur le web. Elle propose en effet de rétribuer les médias et créateurs de contenus internet, mais également les éditeurs de presse, dont les articles sont récupérés par les sites d'information et autres. Les éditeurs ont en effet dans le collimateur les grosses plateformes du web, qui génèrent des revenus publicitaires à l'aide de contenus empruntés aux médias traditionnels. Ils souhaitent donc percevoir une partie des recettes de sites comme Google, Facebook, etc. C'est ce principe du droit d'auteur que veut défendre le parlement européen.

On se souvient néanmoins que la mise en place d'une telle directive ne serait pas sans poser de gros problèmes. Bien évidemment, les grosses plateformes du web et lobbyings voient cela d'un très mauvais œil, mais il n'y a pas qu'eux. Les défenseurs des libertés numériques montent également au créneau. Comment réguler le contenu repris sur d'autres sites, et surtout, que faire des sites qui eux, ne gagnent pas d'argent ? Wikipédia, particulièrement concerné par le partage d'extraits d'articles, avait d'ailleurs manifesté son mécontentement en fermant temporairement certains de ses sites. En outre, rappelons que certains pays comme l'Espagne ont déjà mis en place une politique similaire, et que cela a eu pour effet de faire baisser le trafic de certains médias, dès lors que Google les a supprimés de son fil d'actualités afin de ne pas les rétribuer. La situation est extrêmement délicate et les parlementaires marchent sur des œufs.

Quoi qu'il en soit, c'est une première bataille que viennent de gagner les défenseurs du droit d'auteur, mais tout n'est pas encore fini. Les députés vont devoir adopter un texte définitif avec le conseil des membres de l'Union européenne et la Commission européenne. Mais surtout, ils vont ensuite faire en sorte que le texte soit adopté dans chacun des 28 états membres et trouver la meilleure méthode pour l'appliquer.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire