Le drone personnel autorisé à voler dans le Nevada

Révélé par la firme chinoise spécialisée en construction de drones Ehang Inc. au CES en début d’année, le quadricoptère à taille humaine EHang 184, capable de transporter des personnes a obtenu l’accord de l’Institut du Nevada pour les systèmes autonomes (NIAS) et du Bureau du Gouverneur dédié au développement économique (GOED), pour pratiquer des vols d’essai sur le site d’expérimentation de la Federal Aviation Authorithy (FAA), dans le Nevada, aux États-Unis.  

Néanmoins, cette nouvelle est à prendre avec des pincettes puisque les premiers essais d’EHang 184 n’ont pas été validés par la FAA. En outre, un prototype totalement opérationnel doit encore être présenté par la compagnie chinoise.

>>> Lire notre comparatif drones : Comment choisir ? Lequel acheter ?

Ehang entend commencer les tests dans le courant 2016

Le GOED décrit l'accord avec Ehang comme un « accord de regroupement historique » qui « fournira les bases d'une collaboration [...] dans les domaines des essais de vol, de la formation et le développement. ». Cependant, il ne s’agit pas encore d’une approbation formelle de la FAA.

En effet, si Huazhi Hu, fondateur et PDG d’Ehang, voit cette permission comme un « grand pas pour Ehang 184 vers son approbation réglementaire par le gouvernement », Tom Wilczek du GOED précisera dans un communiqué de presse que l'État va « aider à guider Ehang à travers le processus de réglementation de la FAA».

Quoi qu'il en soit, la firme chinoise prévoit de faire ses premiers essais de vol sur le site de la FAA, dès cette année 2016.

Un projet controversé

La vision d’Ehang miroitant des drones personnels qui vous conduisent vers vos destinations en toute insouciance fait rêver. Cependant pour donner vie à ce projet et prouver que l’EHang 184 est un mode de transport viable, la compagnie devra écarter de nombreuses difficultés.

Il faudra notamment créer un système de navigation autonome ultra précis, capable de détecter les moindres obstacles comme les lignes électriques. Il sera également nécessaire d’inventer et de réglementer les skyways (voies aériennes dédiées). Et c’est sans parler du problème d’autonomie de la batterie (à ce jour, EHang 184 enregistrerait un temps de vol maximum de 23 minutes) ou encore de la sécurité… 

CES2016 : Lancement Ehang 184

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire