L'armée russe part à la chasse au drone

L’armée russe veut prouver au monde entier son savoir-faire et son niveau de préparation pour la « guerre électronique » et dévoile son brouilleur électronique de signaux pour empêcher les opérateurs adverses, basés au sol, de contrôler leurs drones.

La Russie peut maintenant couper les connexions radio entre les véhicules aériens sans pilote et leurs opérateurs. L’unité anti-drone du pays a reçu une formation spécifique à Koursk, dans l’ouest de la Russie, selon une déclaration de Kremlin, samedi. L’unité est constituée de militaires contractuels, de sergents, d’officiers spécialisés et d’un puissant émetteur de radio Krasukha installé sur un camion lourd. L’unité est en ce moment sous les commandements du colonel Alexander Vostrikov qui a par ailleurs signé le communiqué dans ce qui ressemble à un document de propagande digne des plus belles heures de l'URSS.

Le brouilleur Krasukha a démontré son efficacité en Syrie, et la Russie a pu aider l’Iran à forcer un drone furtif RQ-170 de l’US Air Force à atterrir, en 2011, grâce à des Avtobaza, une ancienne version de l’actuel brouilleur, apprend-on.

>>> Lire aussi Twitter aurait accordé 15% de son espace publicitaire aux médias russes pendant la campagne américaine

Le nouveau système de sécurité russe présente cependant des limites. Si l’Avtobaza peut détecter un drone dans un rayon de près de 150 kilomètres, selon le cabinet indépendant Air Power Australia, le système ne peut cependant pas brouiller un signal radio d’un dispositif  situé à une distance aussi élevée. Le brouillage nécessite en effet une plus grande puissance par rapport à la détection.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire