Le téléphone portable se fait virer de l'école à la rentrée

Proposée par La République En Marche, la proposition de loi a été adoptée en première lecture. Soutenu par les députés de la majorité et du MoDem ainsi que de l’UDI-Agir, le texte a rencontré ses détracteurs dans tous les autres partis, certains dénonçant une proposition « inutile », allant même jusqu’à le qualifier de « tartufferie ».

Ne leur en déplaise, dès la rentrée 2018, les élèves de collèges et lycées ainsi que leurs cadets d’école primaire seront invités à laisser leurs smartphones à la maison sous peine de se mettre hors la loi une fois entrés dans leurs établissements, à moins que leurs professeurs en aient besoin « pour des usages pédagogiques ». Tous les élèves sont concernés, à une exception près. Les handicapés pourront continuer d’utiliser les leurs.

>>> Les meilleurs smartphones de 2018

86% des jeunes Français possèdent un smartphone. Un fait qui a entraîné Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a appuyé la proposition de loi, la considérant comme « un signal à la société française sur cet enjeu de société […] Être ouvert aux technologies du futur ne signifie pas que nous devons les accepter dans tous les usages », par là il évoque « les mauvais usages [que] nous ne connaissons malheureusement que trop », à commencer par le cyberharcèlement, la consultation de sites pornographiques et l’addiction aux écrans.

Si certains pourraient croire à l’effondrement d’une époque, rappelons  que depuis 2010 une loi interdisait déjà les téléphones portables « durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur ». La nouvelle loi n’est donc qu’une corde de plus à l’arc des directeurs d’établissements scolaires, lesquels pourront l’invoquer pour faire respecter au mieux leur règlement.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire