Le PDG de Samsung à nouveau accusé d'évasion fiscale

Selon un communiqué de la police coréenne, le président de Samsung, Lee Kun-Hee, et un cadre géraient des fonds dans 260 comptes bancaires sous différents noms d'employés. Ils sont ainsi soupçonnés d'évasion fiscale pour une valeur de 6,16 millions d'euros. La police a ajouté que ces comptes avaient été découverts dans le cadre d'une autre enquête qui concerne des paiements prétendument indus pour la rénovation de la résidence familiale des Lee.

Lee Kun-Hee est familier des affaires de fraude fiscale. En 2009, il avait déjà été poursuivi et reconnu coupable d'évasion fiscale, puis gracié. Son hospitalisation, consécutive à une crise cardiaque en 2014, a de facto mis Lee Jay-Yong, son fils et héritier, à la tête du groupe Samsung, jusqu'à ce que celui-ci ne soit emprisonné en 2017, puis libéré cette semaine, sa peine pour corruption venant d'être réduite de moitié.

Cette affaire a également fait tomber l'ancienne présidente sud-coréenne, Park Geun-Hye, et a poussé Samsung à promettre d'améliorer la transparence de sa gouvernance d'entreprise en donnant aux dirigeants des filiales du groupe plus d'autonomie par rapport à la famille dirigeante. De même, le gouvernement libéral, élu après le début du scandale, a promis de soumettre les conglomérats familiaux sud-coréens à un examen plus minutieux et de mettre fin à l'impunité des industriels reconnus coupables de crimes en col blanc.

Les milieux d'affaires coréens s'attendent malgré tout à ce que Jay-Yong Lee, fraîchement libéré de prison, reprenne les rênes de l'entreprise familiale et, afin de calmer la colère du public, s'attèle à créer des emplois.

Ironiquement, pendant l'année en cellule de son PDG, l'entreprise Samsung Electronics, désormais plus gros fabricant de semi-conducteurs au monde, a réalisé des bénéfices records.

>>> Guide d'achat : quels sont les meilleurs smartphones ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire