Enfants devant les écrans : un enjeu de santé publique pour les médecins et les professionnels

Dans une tribune publiée sur le site du Monde, un collectif de médecins et de professionnels de la petite enfance alerte sur les dangers de l’exposition des jeunes enfants « à tout type d’écrans. » Selon eux, il s’agit d’un « enjeu majeur de santé publique. »

Il ne s’agit plus que de la télévision, les tablettes, smartphones ordinateurs et consoles de jeu sont aussi visés. Lors d’un entretien sur France Culture, Anne Lefebvre, psychologue clinicienne, présidente de l’association Alerte, explique qu’a longtemps été pensé que « les écrans passifs (TV) ce n’est pas bien, par contre l’interactivité d’un écran est particulièrement adaptée aux jeunes enfants alors qu’au contraire, quand on connaît bien le développement de l’enfant, un écran interactif est particulièrement inadapté au développement des jeunes enfants. »

Les membres du collectif précité indiquent pour leur part avoir reçu « de très jeunes enfants stimulés principalement par les écrans, qui, à 3 ans, ne nous regardent pas quand on s’adresse à eux, ne communiquent pas, ne parlent pas, ne recherchent pas les autres, sont très agités ou très passifs. »
Les interactions avec le monde qui entoure ces enfants sont bloquées par les écrans alors qu’Anne Lefebvre explique que « jusqu’à 5/6 ans, ce qui est en jeu dans le développement cognitif et la maturation cérébrale ce sont les cinq sens. »

Des retards de langage et de développement 

Capté par l’écran, l’enfant n’explore plus son environnement, ce qui peut avoir pour conséquence « des retards de langage et de développement », précise la tribune publiée sur le site du Monde. Avant d’ajouter que s’il n’est pas exposé à un écran directement, l’enfant peut tout de même l’être indirectement « lorsque le parent regarde son portable, mais ne regarde plus son enfant », ce qui entretiendra une attirance chez ce dernier, mais sera aussi une source de frustration puisqu’il perd alors l’attention dudit parent.

Le collectif explique alors qu’un « bébé pour lequel ne s’est pas constitué l’accordage primaire avec son parent, grâce auquel se synchronisent les regards, la voix et les gestes, ne peut se développer de façon normale, ne peut accéder à une conscience de soi et développer un langage humain de communication et d’échange avec l’adulte », mais ajoute que « lorsque nous demandons aux parents de retirer les écrans, nous observons des redémarrages : davantage de regards adressés, un temps d’attention prolongé, des échanges de sourires, un besoin de jouer, davantage de curiosité, un développement du langage. »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire