Des scientifiques découvrent un nouveau genre de supernova

Des astronomes du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics indiquent avoir découvert un nouveau type de supernova. Selon eux, ce phénomène appelé « Type Iax sypernova » est si petit que leur rayonnement est parfois cent fois inférieur à celles observées habituellement. Les scientifiques indiquent cependant en avoir constaté près de 25 différentes à ce jour.


Une supernova est le résultat de l’explosion d’une étoile, et se caractérise généralement par un puissant éclat de lumière, souvent visible depuis la Terre. Bien que ces événements soient rares (on en recense deux en moyenne par siècle dans la Voie Lactée), les scientifiques du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics annoncent la découverte d’un nouveau type de supernova dégageant bien moins de lumière, mais dont l’apparition serait bien plus fréquente.


Les raisons de l’apparition de ces supernova de type Iax restent encore incertaines. Bien qu’elles soient considérées comme des « mini-supernova », certains scientifiques estiment qu’elles viennent de naines blanches (des étoiles miniatures à très forte densité, et accompagnant parfois des étoiles plus grandes) dont le compagnon stellaire se serait vidé de son hydrogène, lui permettant d’accumuler de l’hélium. Plusieurs hypothèses sont ensuite avancées : la présence d’hélium dans le compagnon stellaire pourrait déclencher une fusion nucléaire, l’explosion faisant par la même exploser la naine blanche et créer ces supernova si particulières, ou l’accumulation d’hélium dans la naine blanche pourrait modifier la température intérieure de l’étoile, forçant l’oxygène, le carbone et l’hélium à créer une réaction explosive, qui pourrait également être à l’origine de ces phénomènes.


Mais un phénomène encore plus intéressant a été constaté : dans la plupart des observations de ces supernova de type Iax, il semblerait que la naine blanche ait survécu à l’explosion, contrairement à d’autres types de supernova qui voient leurs étoiles complètement détruites. « Ces naines blanches subissent des dégâts, mais elles peuvent y survivre. », explique Ryan Foley, directeur de l’étude. « Nous ne sommes pas sûrs de la raison pour laquelle seulement des parties de l’étoile sont détruites, c’est une question complexe sur laquelle nous travaillons. » Enfin, il semblerait que ces supernovas, très fréquentes en comparaison de celles qui sont observées depuis des siècles, soient spécifiques aux galaxies les plus jeunes comme la Voie Lactée : aucun phénomène de ce type n’a été observé dans des galaxies voisines, où les étoiles sont en moyenne bien plus vieilles que dans notre secteur.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire