Retrogaming : en route pour l'expo du jeu vidéo de Rennes

À partir du 20 décembre, et ce, pendant près de deux mois, se tiendra à Rennes une exposition entièrement consacrée aux jeux vidéo. Au premier abord, on se dit qu'il s'agit "encore" d'une rétrospection dédiée aux titres sortis de 1970 à nos jours, l'un de ces salons qui surfent sur la vague du retrograming et que l'on voit fleurir un peu partout en France depuis quelques années. Erreur, l'expo Playtime n'a rien à avoir avec ces clichés. Nous nous sommes rendus à l'exposition en question, qui se tient aux Champs Libres de Rennes, et qui réserve quelques (belles) surprises aux visiteurs.

6 Jeux vraiment cultes en libre accès : Pacman, Defender, Sim City 2000, Quake, Ico et GTA IV. 6 Jeux vraiment cultes en libre accès : Pacman, Defender, Sim City 2000, Quake, Ico et GTA IV.

Du retrogaming, mais pas que...

L'expo prend place dans un musée, qui fait aussi office de bibliothèque et d'espace des sciences. L'endroit est plutôt atypique, et malgré son design très moderne, on ne s'attend pas à trouver un espace dédié aux jeux vidéo dans un endroit aussi sérieux. C'est pourtant là que l'équipe de Playtime a décidé d'établir ses quartiers pour son exposition, la même qu'elle a déjà présentée en Suisse et en Russie il y a quelques mois. L'exposition voulant faire passer un message, il y est question de vieux jeux. On y trouve par exemple un immense panneau, qui reprend tous les niveaux du premier Mario Bros sorti en 1986. On y constate par exemple que quelques passages secrets y sont disséminés ici et là, mais qu'ils n'étaient aussi nombreux que ceux des opus suivants. Probablement pour laisser au joueur le temps de s'accoutumer à l'époque à cette nouvelle pratique du jeu de plate-forme.

Une superbe collection de manettes, de 1980 à 2010.Une superbe collection de manettes, de 1980 à 2010.


Au fil de l'expo, on peut également trouver des titres comme Pacman, Sim City 2000, Quake, etc. Mais si tous les jeux sont en libre accès, ils sont surtout là pour provoquer différents questionnements au visiteur : quel rapport entretenons-nous avec les jeux vidéo et leur espace ? Comment ont-ils évoluer au fil des ans ? Dans quelle mesure sont-ils inspirés du réel, et inversement, quel impact ont-ils sur l'art et notre quotidien ? Il est fortement conseillé de se faire expliquer chacune des 5 sections de l'exposition. Nous avons eu la chance de nous faire guider par Marc Atallah, directeur de la Maison d'Ailleurs (le musée de Suisse qui a servi pour la première exposition Playtime en 2012). Il ne sera plus présent par la suite, mais à l'ouverture de l'exposition, des médiateurs formés par Marc seront présents pour aider les visiteurs à s'y retrouver et leur fournir autant d'explications que possible. Car l'expo, aussi enrichissante soit-elle, exige un peu de patience et de réflexion pour être vraiment appréhendée...

De nouvelles expériences de jeu

Car dès les premiers mètres, le ton est donné : des photos de l'artiste Marc da Cunha Lopes (Made Of Myth) immergent des grands classiques du jeu vidéo "dans le réel". On y voit des clichés d'un champignon, de briques ou encore de cubes, qui symbolisent tour à tour Mario, Arkanoid, Tetris...Dans ces photos de Marc da Cunha Lopes se cachent les jeux Mario, Sonic et Pong. Saurez-vous les reconnaître ?Dans ces photos de Marc da Cunha Lopes se cachent les jeux Mario, Sonic et Pong. Saurez-vous les reconnaître ?


Vient ensuite quelque chose de plus concret, et que l'on attend tous : les jeux eux-mêmes. Tous les titres sont librement praticables, même les plus "expérimentaux" que l'on trouve un peu partout. Le jeu Passage par exemple a ceci de particulier qu'il permet de faire évoluer un petit personnage dans un univers 8 bits en 5 minutes seulement. Le joueur doit faire en sorte que le personnage découvre au maximum son environnement, fasse des rencontres, se marie (ou pas ?), le tout en un temps vraiment très limité. Dans le même esprit, on peut également pratiquer un titre baptisé Sleep Is Death, qui se joue à deux. Un joueur place des éléments dans un décor, mais n'a que 30 secondes pour le faire. Le joueur en face de lui peut dès lors commencer la partie. Le premier joueur, une sorte de maître du jeu, reprendra ensuite la main sur sa création, afin d'y ajouter d'autres éléments. Mais toujours en 30 secondes seulement. Et ainsi de suite...

Loopscape de Ryota KuwakoboLoopscape de Ryota Kuwakobo

Mais le titre le plus "fun" de cette première partie reste sans nul doute Loopscape, une sorte de Defender qui se joue à deux sur un gros anneau suspendu dans les airs. Chaque joueur doit alors se déplacer réellement afin de suivre son petit vaisseau et éviter les tirs de l'adversaire. De quoi voir un grand classique du début des années 80 sous un œil nouveau. De nombreuses autres expériences attendent les joueurs, sur le reste de l'exposition. Nous ne vous les dévoilerons pas toutes, afin de ne gâcher votre plaisir, mais retenez malgré tout qu'il y a des choses vraiment étonnantes comme Levelhead (des cubes en réalité augmentée, Procedural City (une ville créée à l'aide d'une simple empreinte digitale) ou encore Alter Ego (un miroir qui déforme numériquement le visage). En bref, une expo à voir, dans laquelle on découvre, ou redécouvre, l'expérience vidéoludique.

Playtime se déroule du 20 décembre 2013 au 16 février 2014.
Lieu : Les Champs Libres, 10 cours des Alliés - 35000 Rennes.
Heures d'ouverture : le mardi de 12h à 21h - du mercredi au vendredi de 12h à 19h - samedi et dimanche de 14h à 19h.
Tarifs : 3 € plein tarif - 2 € tarif réduit (moins de 26 ans, familles nombreuses) - gratuit pour les moins de 8 ans et bénéficiaires de minima sociaux.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire