A quoi ressemblera Facebook demain ?

Mark ZuckerbergMark ZuckerbergFacebook au coeur du Web. Pour Mark Zuckerberg, fondateur de la société, c’est clairement le chemin que doit emprunter le réseau social le plus populaire au monde (400 millions d’utilisateurs actifs). Il a présenté les détails de cette stratégie hier lors d’une conférence dédiée aux développeurs. 

Facebook Connect comme accès universel

Trois axes majeurs ressortent de ses propos. Facebook Connect veut s’imposer comme le système universel de connexion aux sites web. Au lieu d’utiliser une combinaison login/password sur chacun d’entre eux, un clic sur le bouton idoine permet de se connecter bien plus simplement. Le système existe déjà sur plusieurs sites, mais Zuckerberg veut le généraliser. Ce système pose une nouvelle fois la question de respect de la vie privée, puisque les sites l’utilisant auront désormais accès aux données de votre profil au-delà des 24 heures actuellement autorisées. Sans préciser la durée prochainement mise en place, Mark Zuckerberg a donné l’exemple de Pandora, site de streaming musical, qui pourra vous proposer d’écouter vos artistes préférés renseignés dans votre profil.

Deuxième point de développement : la généralisation du bouton « Like ». Depuis lundi, l’utilisateur Facebook ne devient plus «fan» d’une page, mais « l’aime ». Cette modification ne s’est pas faite sans raison puisque le bouton « I like » pourra désormais se retrouver là aussi sur n’importe quel site.  En un clic, on pourra ainsi partager n’importe quel article lu sur n’importe quel site sur son profil Facebook. Sur le site en question, une boite de dialogue pourra également afficher toutes les personnes qui ont aimé l’article en question. Un nouveau moyen de se faire de nouveaux amis par affinité. Une barre d’outils pourra également être intégrée à son site pour donner accès aux fonctionnalités de base du réseau social comme le chat.

Des sites qui interagissent avec votre profil

Dernière brique importante de la stratégie Facebook : la mise en place de l’« Open Graph protocol ». Ce système permet notamment plus de perméabilité entre un « objet », par exemple un bar, un acteur, une ville ou un album, et son profil. Concrètement, si un site tiers implémente le système, le fait d’aimer l’« objet » qu’il propose l’ajoute à votre profil. Si vous aimez Michael Jordan, en plus d’afficher une ligne dans votre timeline, l’action ajoutera donc le basketteur au sein de vos sportifs préférés.

Conformément à la nouvelle définition de la vie privée qu’évoquait Mark Zuckerberg en janvier dernier, on se rend donc bien compte que Facebook veut des profils de plus en plus ouverts aux autres sites. Chacun viendra y piocher des informations. Et même en ajouter.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • themadcat
    FB va concurrencer google dans le renseignement des habitudes des internautes aux entreprises. Ca sent à plein nez la future guerre entre les 2 sociétés...
    0
  • Hyome
    Mademoiselle, Madame, Monsieur, Internet à peur.

    Au début FB faisait polémique car si les informations stockées étaient susceptibles de "sortir" on aurait le droit à de la pub ciblée mais là c'est encore pire ! Tu te vend toi même au publicitaire.
    Et réjouissez-vous de pouvoir encore vous logger avec autre chose que votre compte FB parce que ça ne risque pas de durer longtemps longtemps. Bientôt il faudra indiquer qu'on a un compte FB sur son cv pour trouver du boulot...

    Bien pensé de la part du mec à capuche mais je trouve ça bien trop dangereux.
    0