Facebook a partagé des données avec des entreprises placées sur liste noire aux États-Unis

Nous vous révélions que Facebook avait signé des partenariats avec des fabricants de smartphones leur donnant accès aux données privées de millions d’utilisateurs, à leur insu. Nous apprenons aujourd’hui que quatre de ces entreprises sont sur la liste noire des services de renseignement étasuniens.

Tout comme Lenovo, Oppo et TCL (Nokia, BlackBerry), eux aussi montrés du doigt, Huawei est l’une des compagnies signataires de ce contrat de partenariat (datant de 2010). On se souvient que les six agences américaines de renseignement, FBI et NSA incluses, déconseillent aux Américains l’utilisation de produits et de services de la marque, celle-ci étant accusée d’avoir des liens trop proches avec le gouvernement chinois. Les porte-parole de Facebook ont affirmé que le partenariat avec Huawei sera annulé en fin de semaine.

Tous les fabricants ont donc accès aux données des utilisateurs, mais aussi à celle de leur réseau d’amis. Celles-ci dévoilent des informations aussi intimes que la religion, les préférences politiques, ou encore le « statut relationnel » de tout ce petit monde. Alors que Huawei clame que ces données n'étaient utilisées qu'à l'usage d'une application regroupant messageries et réseaux sociaux, et que Facebook affirme que les informations ne sont pas envoyées vers des serveurs chinois, les législateurs américains ont demandé à Facebook de s’expliquer sur ces partenariats. Facebook est banni en Chine depuis 2009, mais Mark Zuckerberg n’a jamais abandonné l’idée de conquérir l’Empire du Milieu. À force de compromis et de petites cachotteries, Mr Zuckerberg risque d’à nouveau se retrouver sur le gril.

>> À lire : Malgré les scandales, les finances vont très bien pour Facebook
>> Plus : [Test] Huawei P20 Pro : enfin un smartphone pour détrôner Samsung ?