Facebook : polémique autour d’un élève exclu pour insultes

Donny Tobolski, étudiant dans une école polyvalente californienne, aura payé cher le message d’insultes qu’il a publié sur Facebook à l’encontre d’un de ses professeurs. Son exclusion de l’école crée la polémique aux États-Unis.

Des insultes lui valent la porte

L’American Civil Liberties Union (ACLU) a en effet eu vent de l’affaire. Elle s’est adressée au directeur de l’école pour lui indiquer que le message de l’élève était protégé par la Constitution et par le Code de l’éducation. Le message a en effet été écrit depuis le domicile de l’étudiant, en dehors des heures de cours. C’est sous le coup de la colère, après avoir été affublé d’une charge de travail trop importante selon lui, qu’il s’en est pris à son professeur sur le réseau social.

L’affaire renvoie par ailleurs à un cas similaire survenu en novembre 2010 aux États-Unis, après qu’un employé a été licencié pour un message du même type envers son patron. Une cour fédérale avait alors indiqué que ces statuts et messages publiés sur Facebook font partie du droit à la libre expression. En France, au contraire, le Conseil des prud'hommes de Boulogne-Billancourt a donné raison à l'employeur en décembre dernier, pour une même affaire.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
5 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • quecg2
    sur le net, une insulte reste une insulte ... internet n'est pas une poubelle, évitons de trop salir ce lieu commun à tous ;)
    1
  • cyrano
    Je pense qu'il y a tout de même une énorme différence entre un statut publique et un statut à accès restreint comme peut l'être facebook (restreint au amis ou amis d'amis, ce dernier point étant considéré comme "public" pour la justice française).
    -1
  • davlee007
    Il faut comprendre que dans tous les cas, l'image d'une personne peut être sali (quelle soit véridique ou non) donc je suis d'accord sur le fait qu'on n'a pas le droit d'exprimer un mécontentement envers une autre personne car aucun preuve (dans les deux cas) est fournie ... Il y a une limite à tout donc à la liberté d'expression aussi ...
    0