Tout comprendre aux différentes polémiques sur Facebook

Depuis une semaine, de plus en plus de personnalités et d’entreprises ont décidé de retirer leur profil ou leurs publicités du réseau social Facebook. A l’origine de ce mouvement baptisé « #DeleteFacebook », deux polémiques bien distinctes. Pour vous aider à y voir plus clair, la rédaction de Tom’s Guide fait le point sur le scandale Cambridge Analytica et les données récupérées sur la version Android de Facebook.

L’affaire Cambridge Analytica

Le 17 mars dernier, le New York Times et le Guardian publiaient de longues enquêtes autour d’une société spécialisée dans l’analyse de données, Cambridge Analytica. Si cette entreprise avait déjà fait parler d’elle l’an dernier pour son rôle supposé dans les campagnes du Brexit et de Donald Trump, c’est cette fois les données des utilisateurs dont il était question. Cambridge Analytica aurait en effet récupéré les données confidentielles de 50 millions d’utilisateurs de Facebook en 2014. Pour ce faire, Cambridge Analytica a utilisé les protocoles mis en place par le réseau social et développé une application se faisant passer pour un test de personnalité. Les permissions données à ce test par les utilisateurs donnaient accès à Cambridge Analytica à de nombreuses informations privées. De quoi permettre à la société de dresser des portraits psychosociaux de chacun des 50 millions d’utilisateurs de son quiz et revendre ces données.

Facebook a finalement pris connaissance de ces agissements en 2015 et a alors supprimé l’application de son réseau social. Facebook a également demandé à Cambridge Analytica de supprimer les données dérobées aux utilisateurs, ce que Cambridge Analytica avait alors assuré avoir fait. Seulement, selon les informations du New York Times et du Guardian, il n’en serait rien et les données auraient en fait été conservées, sans que Facebook n’agisse davantage ni ne prévienne ses utilisateurs.

Les réponses apportées par Mark Zuckerberg

Ce mercredi 21 mars, après plusieurs jours de silence, le PDG de Facebook a finalement lancé une contre-offensive après différentes convocations. Mark Zuckerberg a ainsi publié un long post sur son réseau social, mais a également donné des interviews à la chaîne d’information CNN, au New York Times, à Wired et à Recode. Il y explique notamment avoir cru que Cambridge Analytica avait effectivement supprimé les données en 2015 : « Ils nous ont donné une certification légale et formelle [de la suppression des données] et il semble finalement qu’elle était fausse ».

Mark Zuckerberg: “I’m really sorry that this happened”

Mark Zuckerberg a également fait son mea culpa auprès des utilisateurs du réseau social : « C’est une crise de confiance massive, et je suis vraiment désolé que ça arrive. Nous avons la responsabilité de protéger les données des gens et si nous ne pouvons pas le faire, nous ne méritons pas la responsabilité d’aider les gens. Donc notre responsabilité est désormais de nous assurer que ça n’arrive plus jamais ». Le fondateur de Facebook explique également que les 50 millions d’utilisateurs concernés seraient prochainement mis au courant, et que « des milliers » d’applications seraient prochainement étudiées par Facebook pour voir comment elles gèrent les données des utilisateurs.

Les données volées sur Android

Seulement, si Facebook « regrette » que des applications aient dérobé les informations des utilisateurs présentes sur le réseau social, il semble que l’entreprise soit moins frileuse quant à son propre rapport aux données de ses utilisateurs. Ce week-end, le site Ars Technica a en effet dévoilé que Facebook utilise son application Android pour recueillir de nombreuses données sur ses utilisateurs, comme les appels passés depuis leur smartphone, les personnes qu’ils appellent ou la durée de ces appels. « Si vous aviez donné accès aux contacts lors de l’installation de Facebook pour Android il y a quelques versions – spécifiquement avant Android 4.1 (Jelly Bean) – cette permission donnait également accès à Facebook à votre historique d’appels et de SMS par défaut », explique Ars Technica.

Des données que Facebook pouvait utiliser notamment pour faire le lien entre plusieurs de ses utilisateurs et établir des connexions entre eux. Ces connexions peuvent alors être utilisées à des fins de monétisation sur le réseau social.

Pour Facebook cependant, il ne s’agit pas d’un réel problème. Sur son blog, le réseau social affirme que ses utilisateurs « ont expressément accepté l’utilisation de cette fonctionnalité » qui permet de « découvrir et rester connecté avec les personnes à qui vous tenez et permet une meilleure expérience au sein de Facebook ».

Qu’est-ce que vous pouvez faire ?

Plusieurs mesures peuvent être prises. La plus simple est de télécharger l’ensemble des informations à votre propos enregistrées par Facebook. Pour cela, il vous suffit d’accéder à vos paramètres, puis de sélectionner « Télécharger une copie de vos données Facebook » et enfin « Créer mon archive ». Cette première étape vous permettra de prendre connaissance de tout ce que Facebook sait de vous.

Plusieurs personnalités comme le fondateur de Whatsapp ou le PDG de Tesla et SpaceX, Elon Musk, ont par ailleurs décidé de quitter purement et simplement Facebook. Ils se sont désinscrits du réseau social en protestation avec la manière dont sont traitées les données des utilisateurs. Plusieurs entreprises comme Mozilla ou Sonos ont par ailleurs annoncé qu’elles allaient arrêter de faire de la publicité sur Facebook.

Enfin, dernier recours, il est également possible de se désinscrire de Facebook. Nous vous suggérons toutefois de suivre notre tutoriel, afin de protéger également les données de votre historique.

>>> Comment se désinscrire de Facebook ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire