Attentats de Paris : un père de famille attaque Twitter, Google et Facebook

Reynaldo Gonzalez est le père de Nohemi, l’une des 130 victimes des attentats perpétrés à Paris le 13 novembre 2015. Aujourd’hui, il vient d’attaquer en justice les sites Twitter, Facebook et Google, qu’il tient pour responsable d’avoir laissé Daech y diffuser sa propagande « en connaissance de cause ».

« Pendant des années, ces entreprises ont permis en toute connaissance de cause aux terroristes de Daech d’utiliser leurs réseaux sociaux pour y diffuser leur propagande extrémiste, lever des fonds et attirer de nouvelles recrues », explique un document remis à la cour par l’accusation. « Ces supports ont été utilisés pour la montée de Daech, et ont permis de mener un certain nombre d’attaques terroristes, y compris celle du 13 novembre 2015 à Paris, où plus de 125 personnes ont trouvé la mort, y compris Nohemi Gonzalez ».

Reynaldo Gonzalez affirme par ailleurs que sans Twitter, Facebook et YouTube (détenu par Google), ces recruteurs n’auraient pas accès à l’infrastructure nécessaire à faire passer leur message aussi massivement. Reste à définir les moyens que pourraient mettre en place ces sites pour s’assurer de tuer dans l’oeuf la propagande qui pourrait se diffuser chez eux, chacun recevant quotidiennement des millions de messages et vidéos qu’il est impossible de contrôler manuellement. Twitter, Google et Facebook révisent pourtant régulièrement leurs conditions d’utilisation et leurs outils de surveillance pour éviter endiguer publications problématiques.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire