Facebook se révolte contre les policiers infiltrés

La Drug Enforcment Administration (DEA), l’équivalent américain de nos brigades des stupéfiants, n’est pas autorisé à masquer son identité sur Facebook. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le réseau social dans une lettre ouverte adressée à l’administration.

C’est une pratique courante de la DEA sur les réseaux sociaux : un agent peut utiliser une fausse identité afin d’entrer en contact avec un suspect, et ainsi glaner des informations à son insu. Mais Facebook a tenu à rappeler que cette pratique trompeuse constitue « une sérieuse atteinte aux conditions d’utilisation » du réseau social, selon Joe Sullivan, responsable de la sécurité chez Facebook, dans une lettre ouverte.

« Bien que nous comprenions que le ministère de la Justice des États-Unis statue actuellement sur ces pratiques, nous écrivons pour exprimer notre inquiétude profonde concernant les agissements de la DEA et demandons que la DEA cesse toute activité sur Facebook qui implique d’utiliser l’identité d’autres personnes », indique la lettre. Les inquiétudes de Facebook viennent notamment d’une affaire qui a récemment été portée devant les tribunaux, et dont le réseau social fait part dans la lettre. En 2010, une jeune femme du nom de Sondra Arquiett a été arrêtée par la DEA, et son téléphone portable saisi. Dessus, on trouvait notamment des accès à son compte Facebook, ainsi que des photos d’elle en petite tenue. Toutes ces informations ont par la suite été utilisées pour usurper son identité sur Facebook, et ainsi mettre la main sur un plus large réseau de trafic de drogue, ce qui a poussé Sondra Arquiett à porter plainte.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire