Les nervures des feuilles pourraient prolonger la durée des batteries

À l’ère où de nombreux appareils fonctionnent à l’électricité, les recherches s’accentuent sur la mise au point d’une batterie plus performante. Si les modèles fonctionnant au lithium-ion sont les plus répandus, les scientifiques explorent d’autres pistes comme l’utilisation d’électrolyte à base d’urée. Dans tous les cas, la découverte de ces chercheurs internationaux venant de la Chine, du Royaume-Uni, des États-Unis et du Belgique pourra prolonger la durée de vie de ces prototypes.

Ils se sont inspirés de la structure poreuse des feuilles d’une plante où le flux de nutriments est optimisé. En effet, la circulation des substances n’y nécessite qu’un minimum d’énergie. Les chercheurs ont ensuite fait appel à un procédé à base d’évaporation afin de réarranger des nanoparticules d’oxyde de zinc en une structure présentant des pores de différentes tailles. Le résultat a répondu aux attentes puisqu’ils ont mis au point un matériau présentant les mêmes avantages que les feuilles.

Appliquée sur les électrodes d’une batterie au lithium-ion, la technologie améliore la performance de l’appareil en charge et en décharge. Les électrodes sont également moins sollicitées alors que le bilan énergétique global de la batterie s’améliore. La capacité augmente tandis que la recharge se fait plus rapidement. Cependant, la production industrielle d’un tel modèle se heurte aux problèmes liés à l’approvisionnement en oxyde de zinc et à l’implémentation de la technologie à grande échelle.

> > >  Lire aussi À 94 ans, l'inventeur de la batterie moderne veut aller encore plus loin

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire