Le fondateur de Napster a changé de philosophie

Naptser a marqué l’histoire d’internet et de l’industrie musicale avec son service de partage de fichier au format MP3 dans les années 90. Après une bataille judiciaire qui a défrayé la chronique, le site œuvre désormais dans la légalité et se positionne comme un magasin de musique en ligne. Son fondateur, Sean Parker, tourne également la page avec une startup baptisée Screening Room.

L’idée de Sean Parker est de proposer des locations de films à leurs sorties en salle avec un tarif fixé à 50 $. Au lieu de payer ses billets, l’utilisateur achète un gadget électronique de 150 $ qui permet de visionner le film chez lui et avec ses amis. Mais, il reste à convaincre les producteurs qui craignent une augmentation des copies illégales et un détournement du film. Celui qui était l’initiateur du premier logiciel p2p travaille ainsi sur des technologies antipiratages. Il a récemment déposé huit brevets, dont un système de détection d’appareil mobile et un dispositif d’authentification par signal sonore. Sean Parker a également développé une technologie qui lutte contre le Peer-to-Peer (P2P) et les fuites des contenus dans le domaine public.

La startup a déjà fait part de ce concept au géant de l’industrie cinématographique comme Universal, Sony et Fox qui semblent intéressés. Dans les grandes lignes, les distributeurs reçoivent 20 % des revenus tandis que Screening Room en perçoit 10 %. Par ailleurs, les salles de cinéma récolteront une part dépassant les 20%.

> > >  Lire aussi Extra Torrent tombe définitivement

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire