Galaxy Note 7 : et si la batterie n'était pas la seule cause ?

Plus rien ne peut désormais sauver le Galaxy Note 7. Après avoir annoncé un rappel de tous ses modèles, puis une tentative avortée de commercialiser de nouveau l'appareil, Samsung a finalement signé l'arrêt de mort du smartphone en stoppant définitivement sa commercialisation. Et pourtant, reste un problème de taille : l'origine de l'explosion de l'appareil. Origine que Samsung continuerait à la chercher.

Si le Galaxy Note 7 produit de la fumée, prend feu et explose dans certains cas, on ne sait toujours vraiment pourquoi. Longtemps incriminée, il se pourrait bien que la batterie ne soit finalement pas la réelle cause du problème. Car Samsung a mené ses propres tests, et n'est pas encore parvenu à reproduire le problème dans ses laboratoires. Début septembre, lorsque Samsung décide d'interrompre momentanément les ventes de son smartphone suite aux plaintes de ses consommateurs, ses ingénieurs concluent qu'il s'agit vraisemblablement d'un court-circuit provenant des batteries fabriquées par Samsung SDI. Selon un rapport interne que s'est procuré Bloomberg, il s'agirait en fait d'une pression qu'exerceraient les plaques au sein même de la batterie. Les électrodes se toucheraient, produiraient de la chaleur et causeraient donc un risque d'incendie.

Dès lors, les batteries sont remplacées par celles d'un autre constructeur, à savoir ATL. Mais rien n'y fait : le Galaxy Note 7 continue à chauffer plus que de raison et les problèmes refont surface. Samsung n'a alors d'autre choix que d'interrompre définitivement la commercialisation de ses appareils et demande à tous ses utilisateurs d'éteindre définitivement leurs appareils, et de le renvoyer à son SAV. Mais en réalité, le problème pourrait être tout autre : selon certains scientifiques, ce serait le processeur de l'appareil qui serait le principal responsable. En fait, ce serait sa fonction de recharge rapide qui entraînerait la surchauffe de la batterie. Notez que le problème de chauffe et d'implosion est survenu un peu partout dans le monde, alors qu'il existe deux versions de l'appareil : l'une pourvue d'un Snapdragon 820 de Qualcomm (diffusée aux États-Unis et au Canada), et l'autre d'un Exynos 8890 de Samsung (distribuée en Europe et Asie). Comment deux processeurs différents peuvent-ils produire les mêmes symptômes reste un mystère.

Pour l'heure, Samsung n'a toujours pas officiellement pas communiqué sur l'origine du problème et s'est contenté de rapatrier tous ses modèles. L'entreprise le fera-t-elle un jour ? Rien n'est moins sûr...

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire