4,34 milliards d'euros : amende record pour Google et son Android

Dans les faits, Bruxelles reproche à Google de favoriser ses propres applications avec Android, que ce soit Google Drive, Chrome ou encore Google Search. Une telle manoeuvre n’est pas sans rappeler les déboires de Microsoft avec son navigateur Internet Explorer. La Commission européenne pointe également du doigt l’incitation financière exercée par Google sur les fabricants, dont Samsung et Huawei, les enjoignant ainsi à préinstaller son moteur de recherche sur leurs smartphones et de le paramétrer en moteur par défaut.  


Google a 90 jours pour corriger le tir et cesser ses « pratiques illégales ». Passé ce délai, Bruxelles ajoutera à sa peine une astreinte pouvant aller jusqu’à 5% du chiffre d’affaires journalier d’Alphabet, maison-mère de Google.

Le géant américain n’a bien évidemment pas apprécié le coupe de règle sur les doigts. Selon l’un de ses porte-parole, « Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins », une raison suffisante pour faire appel.

Le précédent record pour une amende attribuée par l’Europe revenait également à Google. En 2017, la firme de Mountain View avait été condamnée à 2,5 milliards d’euros d’amende pour une situation similaire : abus de position dominante de Google Shopping, son comparateur de prix.

>>> Google fait appel de son amende record

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire