Google Home règle son problème d'espionnage

[MàJ du 12/10] Après avoir réalisé mardi que la fonctionnalité tactile du Google Home Mini était beaucoup trop sensible, Google a finalement décidé de la stopper complètement. Comme l’avait découvert un journaliste du site Android Police, l’enceinte, trop sensible, activait régulièrement ses micros, pensant que l’utilisateur la touchait pour lui parler. Dès lors, elle enregistrait des conversations à la volée, parfois plusieurs centaines de fois par jour. Après avoir annoncé qu’un patch permettrait de corriger cette intrusion dans la vie privée, Google a décidé d’aller encore plus loin. « Nous avons pris la décision de retirer de façon permanente toutes les fonctionnalités tactiles du Google Home Mini. Comme auparavant, la meilleure façon de contrôler et d’activer Google Home Mini est par la voix, en disant ‘Okay Google’ », explique la firme dans un communiqué. La fonctionnalité de gestion du volume par le tactile restera quant à elle présente sur l’enceinte.

[Article du 11/10]Googleparle d’un bug alors que certains considèrent le problème comme un véritable système d’espionnage. Le problème concerne près de 4000 dispositifs et le correctif aurait déjà été publié par le géant américain.

Une panne logicielle

Google a distribué 4000 unités de la version miniaturisée de ses enceintes intelligentes lors de la conférence de presse de 4 octobre dernier. Artem Russakovski, journaliste chez Android Police, aurait pourtant découvert que le dispositif avait enregistré et téléchargé tous les sons de sa pièce sur les serveurs de Google. Le Google Home Mini s’activait à plusieurs reprises alors que le journaliste tentait de regarder la télévision et des milliers d’enregistrements audio ont été transmis à l’entreprise à son insu.

La cause serait attribuée à l’écran tactile de l’appareil, selon Google PageRank qui explique également que l’appareil aurait constamment connu des événements tactiles « fantômes » entrainant l’activation de l’enregistrement automatique. Un patch aurait été publié par Google depuis l’incident, mais il serait difficile de savoir si tous les dispositifs distribués lors de l’événement en auraient bénéficié.

>>> Lire aussi Google Home vous aide à retrouver votre smartphone

De plus en plus d’utilisateurs doutent cependant du potentiel de ces dispositifs d’autant qu’Ars Technica confirme sur son site que le Home Mini de Google n’a jamais été « fou ». Un fait similaire beaucoup plus intrigant a par ailleurs été signalé au mois de mars dernier lorsqu’Amazon a remis des enregistrements Echo pertinents au FBI dans le cadre d’une enquête.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire