Google+ ferme après la révélation d'une faille de sécurité

Le géant de la recherche en ligne a en effet avoué lundi dernier, un peu sous la contrainte, avoir été victime d’une faille de sécurité. Depuis le mois de mars 2018, les données de 500 000 utilisateurs auraient été dévoilées, ou tout du moins, étaient accessibles.

>>> Le piratage de votre compte Facebook est probablement un hoax

C’est un constat d’échec cuisant pour la compagnie. Elle affirme dans un communiqué que « la version grand public de Google+ est actuellement peu utilisée : 90 % des sessions utilisateurs de Google+ durent moins de cinq secondes ». De plus, selon la compagnie, un bug aurait permis aux développeurs de près de 438 applications d’accéder aux informations personnelles des utilisateurs, même si ceux-ci avaient choisi de garder ces informations privées. Si les données concernées comprenaient des informations de profil Google+ (nom, adresse email, profession, sexe et âge), la société affirme qu’elle n’a trouvé aucune preuve que le bug ait pu être exploité à des fins malicieuses.

Lancé en 2011, Google+ mettait pourtant l’accent sur sa sécurité et la protection des données des utilisateurs. Malgré les efforts de la compagnie, à travers l’ajout constant de nouvelles fonctionnalités plus sociales, le réseau social n’a jamais su toucher une large base d’utilisateurs. La version grand public de Google+ va donc progressivement disparaître au cours des 10 prochains mois, mais la compagnie continuera de l’utiliser en tant qu’outil de communication interne.

>>> La Maison-Blanche veut que Google mette fin au projet Dragonfly

Posez une question dans la catégorie News du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire