Après ZTE, Huawei pourrait être privé des services Google


Selon un rapport du Wall Street Journal, le département de la Justice enquêterait sur Huawei au sujet d'éventuelles violations des sanctions contre l'Iran. Pour l’instant, les détails de cette affaire restent inconnus. Face à cette situation, un porte-parole de la compagnie a affirmé que la firme chinoise "se conforme aux réglementations du pays où elle opère, elle tient également compte des interdictions d’exportations fixées par les Nations Unies, les États-Unis ou l'UE".   

Huawei espérait jouer un rôle plus important sur le marché américain. Jusqu’ici, les autorités lui ont mis des bâtons dans les roues. Le gouvernement s’interroge notamment sur le lien entre l’entreprise et les dirigeants chinois. Il s’inquiète surtout des possibles répercussions sur la sécurité nationale. Après cette révélation, certains partenaires de la firme chinoise ont préféré cesser leur collaboration et ne proposent plus ses produits dans leurs rayons.   

Huawei risque très, très gros

En cas de culpabilité, le coût de la violation des sanctions pourrait être très préjudiciable. L'année dernière, ZTE a été condamné à une amende record de 1,2 milliard de dollars pour avoir vendu des produits à l'Iran et à la Corée du Nord. Plus tôt ce mois-ci, le ministère américain du Commerce a également annoncé l'interdiction de lui vendre des composants fabriqués par des produits américains. Concrètement, elle ne pourrait plus utiliser des processeurs Qualcomm ni proposer les services Google sur ses smartphones.

>>> Le constructeur chinois ZTE puni par les Etats-Unis et privé d'Android

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire