Un implant dans le cerveau pour lutter contre la paralysie

Grâce à un implant rétablissant la liaison entre leur cerveau et leur colonne vertébrale, deux singes paralysés ont retrouvé l’usage de leurs jambes. Des chercheurs de l'Institut fédéral suisse de technologie (EPFL) sont à l’origine de cette expérience, ils ont partagé les résultats de leur étude dans la revue spécialisée « Nature ».

Un ordinateur assure la transmission des signaux émis par le cerveau

Deux singes paralysés ont retrouvé l’usage de leurs jambes

Lorsque la moelle épinière est blessée, les réseaux neuronaux ne reçoivent plus les signaux envoyés par le cerveau. Pour contourner ce problème, les deux scientifiques ont utilisé une série de capteurs. L’intégration d’un implant au niveau du cerveau permet d’enregistrer les ordres de mouvement qu’il essaie d’envoyer. Ensuite, ce dispositif transmet les informations à un ordinateur grâce à une connexion sans fil. Celui-ci décode alors les intentions et envoie les signaux à une série de capteurs intégrés à une puce située sur la partie de la colonne vertébrale qui commande le déplacement des jambes. En somme, le système est similaire à celui qui a permis à Ian Burkhart de bouger à nouveau ses bras.  

Comme les muscles des membres inférieurs sont plus complexes, les chercheurs avancent deux principales avancées qui ont contribué à leur réussite. D’abord, l’utilisation d’une connexion sans fil autorise le déplacement des cobayes, distinguer le mouvement des jambes devient ainsi aisé. Ensuite, les chercheurs ont placé les implants sous la peau, à la surface de la moelle épinière, et non à l’intérieur. Cette méthode diminue les risques de nouvelles blessures.

Même s’il n’a pas participé à l’étude, Andrew Jackson, un chercheur à l’Institut de neurosciences de l’Université de Newcastle (Angleterre) partage son optimisme. Il espère que des essais cliniques basés sur ce dispositif pourraient se tenir avant la fin de cette décennie.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire