iOS : Google espionnait les utilisateurs de Safari

Le réglage par défaut de SafariLe réglage par défaut de SafariGoogle a espionné les internautes utilisant le navigateur Safari sur iOS. Selon le Wall Street Journal, un cookie installé par le moteur de recherche, à l’insu de l’utilisateur, contournait les réglages par défaut du navigateur mobile d’Apple.


Sur iPhone et iPad, Safari n’accepte par défaut que les cookies du site que l’on visite. Cela a le mérite d’être pratique pour l’utilisateur, puisqu’il n’a par exemple pas à saisir ses identifiants à chaque visite sur un site pour s’y connecter. En revanche, le réglage (que l’utilisateur peut toutefois modifier manuellement s’il le désire) interdit aux sites tiers d’installer leurs cookies. Cela empêche notamment les régies publicitaires de tracer les habitudes de l’internaute pour lui adresser des annonces mieux ciblées.

Malgré tout, le navigateur peut toutefois d’accepter un cookie venant d’une publicité si l’internaute clique sur celle-ci, puisque l’action semble signifier qu’il est intéressé par son contenu. Mais Google et d’autres régies publicitaires comme Vibrant Media, WPP ou encore Media Innovation Group ont découvert une faille dans ce principe. Elles ont finalement réussi à simuler un clic sur une annonce, leur permettant ainsi d’installer un cookie dans le navigateur, en se passant de toute interaction de l’internaute avec la bannière affichée.

Le bouton +1 comme cheval de Troie

Dans le cas précis de Google, forcément la société la plus exposée de par sa taille, c’est le bouton +1 qui a servi de cheval de Troie. Dès qu’un site affichait ce bouton relatif à son réseau social Google+ (soit presque le quart des sites américains à plus forte audience), un cookie permettant de tracer la navigation du visiteur était donc installé. « Ces cookies ne collectent pas d’informations personnelles », se défend Google. Selon le moteur de recherche, ils permettaient surtout de savoir si l’internaute était connecté simultanément à son réseau social.

Cela n’a pas empêché Google de désactiver le système une fois découvert par le Wall Street Journal. Apple indique être au courant de la faille de son navigateur et prépare un correctif pour éviter la ruse. Avec un chiffre d’affaires mobile provenant aux deux tiers de Safari, l’enjeu est donc stratégique pour Google qui aura tenté d’exploiter au mieux le bug du logiciel d’Apple. Les affaires restent les affaires.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • tech-connect.info
    ça ne m'étonne pas. Ils pourront crier haut et fort qu'ils respectent la vie privée de l'utilisateur mais on sait tous que c'est ça qui les rapportent de l'argent.
    0
  • help-manformatique
    Sa m'étonne qu'Apple n'ait pas encore porter plainte ..
    0
  • shooby
    Anonymous a dit :
    Sa m'étonne qu'Apple n'ait pas encore porter plainte ..

    Ils cherchent encore quels brevets a violé google pour en arriver là ? Mais comme là c'est pas Samsung (ou HTC, ou Sony ericsson, ou Motorola ou ...) mais bel et bien la "maison mère" google ils vont pas faire, surtout si Apple a donné leur accords !
    0