L'iPhone 5C se fait pirater en 6 heures (et 150 euros)

Alors que le FBI a eu besoin de quatre mois pour débloquer l'iPhone 5C de San Bernardino, des journalistes anglais se sont essayés au même exercice. Le résultat est sans appel : il ne leur a fallu que 6 heures pour venir à bout du smartphone d'Apple. Mais il y a une astuce : la version d'iOS qu'ils ont utilisée n'est pas la même que celle présente sur l'iPhone de San Bernardino.

Pour réaliser leur expérience, les journalistes de The Mail on Sunday ont acheté un appareil appelé IP Box. Cette petite boîte qui coûte seulement 120 livres (environ 150 euros), teste en fait toutes les combinaisons à 4 chiffres permettant de déverrouiller l'écran d'accueil de l'iPhone. En théorie, au terme de 5 tentatives infructueuses, le smartphone se bloque et fait attendre l'utilisateur quelques minutes, afin la prochaine tentative. Mais ce n'est pas le cas de l'IP Box : il parvient non seulement à contourner cette protection, mais là où le smartphone devrait aussi effacer toutes les données au terme de 10 tentatives manquées, l'appareil coupe instantanément l'alimentation électrique du smartphone. En conséquence, information n'a eu le temps de parvenir au CPU de l'iPhone 5C : de cette manière la boîte peut recommencer autant de fois que nécessaire sa recherche du bon code de déverrouillage. Les journalistes de The Mail on Sunday ont donc essayé de déverrouiller leur propre iPhone 5C à l'aide de l'IP Box et y sont parvenus en 6 heures seulement. Si la durée du hack peut s'étendre de quelques secondes à 17 heures au grand maximum, on est bien loin des quatre mois qui ont été nécessaires au FBI pour débloquer l'iPhone 5C.

À la décharge du FBI, si l'iPhone de San Bernardino était sous iOS 9, celui des journalistes de The Mail on Sunday n'était que sous iOS 7. Une donnée qui change tout : sous iOS 7, le code de déverrouillage est composé de 4 chiffres, tandis que celui d'iOS 9 contient 6 chiffres. On passe donc de 17 heures à près de 70 jours pour tester toutes les combinaisons possibles. D'autant qu'iOS 9 dispose d'un niveau de protection plus élevé et d'une temporisation plus grande entre chaque tentative. Bref, le hack en force brute de The Mail on Sunday est un peu biaisé...

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Papounet17000
    Mais il y a une astuce : la version d'iOS qu'ils ont utilisée n'est pas la même que celle présente sur l'iPhone de San Bernardino.

    Donc en somme ils ont piratés Windows mais c'était linux qu'il y avait sur le PC.
    0