Kaspersky s'exporte en Suisse pour combattre les rumeurs



Plusieurs gouvernements occidentaux ont accusé Kasperky Lab d'espionnage. La Russie exploiterait le logiciel antivirus de la société de sécurité pour espionner ses clients. Certains comme les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Lituanie ont même invité leurs ressortissants à ne plus utiliser les produits de la société. De son côté Kaspersky a toujours nié ces accusations et a entrepris de les combattre. Ainsi la société a décidé de se délocaliser en Suisse, du moins en partie. Sa nouvelle installation serait basée à Zurich, l'entreprise avait choisi la Suisse pour sa "politique de neutralité" et ses lois strictes en matière de protection des données.

Kaspersky souhaite renforcer son indépendance

Eugene Kaspersky a accepté de commenter les informations publiées par Reuters : "nous abordons la question de la confiance en transférant nos installations de stockage et de traitement des données, ainsi que l'assemblage de logiciels, en Suisse". Outre les clients européens et américains, quatre pays seront parmi les premiers à bénéficier de ces équipements : le Japon, la Corée du Sud, Singapour et l’Australie. Le PDG de la compagnie a ensuite ajouté que d’autres pays suivront et surtout, il avait reçu le soutien de responsables régionaux suisses et de l'ambassade de Suisse à Moscou.

Après la Suisse, Kaspersky Lab espère ouvrir des centres similaires en Amérique du Nord et en Asie d'ici 2020. Pour l’instant, elle a refusé de fournir des détails supplémentaires.

>>> Kaspersky Total Security : on a testé l’édition 2018 de la suite de sécurité

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire