KaZaA contre le contenu pédophile sur son réseau

Infos-du-Net.comLes réseaux de p2p ont changé leur politique face aux menaces de l'industrie du disque, c'est ainsi qu'ils n'hesitent plus à colaborer avec les autorités pour empêcher la diffusion de contenus pédophiles sur leur réseaux peer to peer.

Sharman Networks, populaire pour son logiciel d'échange de fichiers KaZaA, s'est associé depuis plusieurs mois avec le FBI pour traquer les utilisateurs échangeant ce type de contenu, face à la pression de l'industrie du disque souhaitant la fermeture pur et simple des réseaux P2P permettant la diffusion de produit culturel soumis à des droits d'auteurs.

Ce changement de politique est cependant contraire à ce que les réseaux de P2P affirmaient depuis longtemps pour leur défense : l'impossibilité de filtrer le contenu numérique des utilisateurs. Malgré cela, le FBI affirme pouvoir se donner les moyens de localiser les suspects et bientôt, de maîtriser une technologie permetant de reconnaitre les contenus incriminés.

Après de nombreuses méthodes pour lutter contre le téléchargement illégal tel que le spoofing pour inonder le réseau de fichiers corrompus ou de très mauvaises qualité, Retspan proposerait de rémunerer les utilisateurs contre l'hébergement de faux fichiers les redirigeant vers des sites légaux.
Ce système, "PeerFactor", fournirait aux membres inscrits un fichier leurre composé d'un identifiant propre à chaque utilisateur afin de retracer les redirections. Les participants toucheront une commission pour chaque redirection ou achat effectué grâce au fichier leurre.

Dans sa lancée, la RIAA demanderait aux législateurs américains d'imposer la présence d'un adulte lors de l'installation de logiciel P2P, de quoi rendre perplexe lorsqu'on sait que malgré cette initiative de protection de la jeunesse, elle continue de frapper par de très nombreuses procédures judicaires à la place de sensibiliser l'utilisateur à arrêter les téléchargement illégaux.

Source : Le Washington Post et PeerFactor.
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • das@IDN
    Ca fait plus d'un an qu'il est prouvé que l'on peut tout à fait localiser les suspects, le seul frein étant la coopération des hebergeurs.

    Ceci pour dire que la soit disant défense des réseaux p2p surle filtrage n'est vraiment plus d'actualité.
    0
  • szdavid
    hier, y avait un reportage en france sur le sujet (tf1) ; il y a seulement 8 personnnes dans la brigade affectée à cela et, la plupart du tepps, leur seule possibilité est de faire suivre les résultats de leur recherche auxSA (ça, ça concerne les sites).

    Concernant le P2P, il existe un logiciel (si j'ai bien compris, non acheté par le gouv) qui permet de filtrer l'ensemble des échanges pédophiles en france via kazaa, par exemple...

    Le jour là, il y avait eu 32 résultats ; certes, pas grand chose comparé au nombre d'internautes français mais c'est quand même 32 de trop ; et puis, c'était 32 ce jour là ! ! !

    C'est quand même flippant ! !
    0
  • cheliel
    je rejoind DAS et szdavid, car les moyens pour lutter contre ce genre de sites est bien trop faible pour être efficace.
    Ayant déjà controlé une fois ce genre de site sur le filtre d'où je bosse, la seule chose que nous avons pu faire c'est de filtrer l'accés à se site puis de mettre au courant les responsables du reseaux.
    Cependant vu que ces sites son hebergés à l'etrangé on ne peut pas faire grand chose pour les supprimer.
    Il faudrait une veritable action commune mais je n'y crois pas, car la pedophilie profite à certain et genere une importante industrie du sex.
    Ca me fait vomir :vomi:
    0